/news/currentevents
Navigation
ex-douanière | trafic

La Couronne veut cinq ans

Pour la famille, cela fait déjà six ans que l’accusée purge sa peine

La Couronne veut cinq ans
Photo le journal de montréal, chantal poirier Lex-douanière Marilyn Béliveau connaîtra enfin son sort à la mi-décembre, six ans après la vaste opération anti-mafia Colisée au cours de laquelle elle a été arrêtée.

Coup d'oeil sur cet article

Malgré toute l’empathie qu’elle éprouve pour la famille de Marilyn Béliveau, la Couronne réclame cinq ans de prison pour l’ex-­douanière qui a aidé des trafiquants de stupéfiants liés à la mafia, arrêtés avec elle dans ­l’opération Colisée.

« Marilyn Béliveau était douanière. Sa responsabilité première était la protection de nos frontières. Or, au lieu de les protéger, elle en a donné la clé à une organisation criminelle puissante », a déclaré hier le procureur de la Couronne, Me Yvan Poulin, à la juge Sylvie Durand.

Hier, la magistrate de la Cour du Québec a commencé à entendre les représentations sur sentence de Marilyn ­Béliveau, reconnue coupable de corruption, gangstérisme et complot pour ­importation de cocaïne en juin dernier.

Alors qu’elle était douanière à la Place d’Youville, l’accusée a fourni des informations à des trafiquants liés au clan Rizzuto. Elle a également utilisé les ordinateurs de l’Agence des services frontaliers du Canada pour vérifier si des compagnies importatrices étaient ciblées par les douanes.

Le procureur fédéral a demandé cinq ans de prison alors que l’avocat de l’accusée, Me Charles Montpetit, fera à son tour ses représentations en décembre.

2 400 jours

Mais la mère de l’accusée, Lucille Cournoyer, a tout de même témoigné en sa faveur, avec beaucoup d’émotion.

En larmes, elle a notamment raconté que Marilyn Béliveau a fait une tentative de suicide en mars 2007.

Elle a également décrit l’épreuve que vivent l’accusée et sa famille depuis plus de 2 400 jours. « Oui, je compte les jours, Mme la juge », a dit Cécile Cournoyer.

« Pour les gens et les médias, Marilyn a toujours été coupable avant même de se défendre. J’ai le profond sentiment que Marilyn purge sa peine depuis six ans et nous avec elle », a-t-elle conclu.

Le temps ou jamais

Le mari de Marilyn Béliveau, Frank Antonio Fernandez, a raconté l’avoir rencontrée dans une église chrétienne.

Alors qu’elle pleurait, il s’est approché d’elle pour la consoler et ils sont ensuite devenus amis, amants et époux.

« Moi, mon rêve, c’est d’avoir des enfants et une famille. Marilyn va avoir bientôt 33 ans. Avec son âge, si elle s’en va en prison, il va falloir mettre une croix là-dessus », a dit le mécanicien, incapable de retenir ses pleurs.

En matinée, la défense a fait témoigner une psychologue, Mariette ­Lepage, qui a vu l’accusée en 2010.

« C'était une femme d'une anxiété incroyable. J'ai rarement vu des gens aussi en détresse et qui avaient besoin de s'agripper à quelqu'un », a-t-elle dit.

-Avec la collaboration de Michaël Nguyen

Rappel des faits
Le piège :
Février 2006. Marilyn Béliveau, qui est douanière à la Place D’Youville, est suspendue pour une affaire de recel d’un manteau volé. En réalité, les autorités ont trouvé ce moyen pour l’empêcher de comploter avec les trafiquants et pour ne pas nuire à une importante enquête en cours.
L’arrestation :
Le 22 novembre 2006, près de 90 personnes liées à la mafia sont arrêtées dans le cadre de l’Opération Colisée. Marilyn Béliveau, qui est aux États-Unis pour des vacances le jour de la frappe policière, sera arrêtée quelques jours plus tard, lors de son retour au pays.
Le procès :
Son procès débute à l’automne 2011, cinq ans après l’opération Colisée. Le 14 juin dernier, la juge Sylvie Durand de la Cour du Québec l’a déclarée coupable de 10 chefs d’accusation, notamment corruption, complot pour importation de stupéfiants et gangstérisme.
La peine :
Hier, les représentations sur sentence de Marilyn Béliveau et d’un coaccusé, Samir salami, ont commencé. Un troisième accusé, Rony Bardales, a plaidé coupable à des accusations de complot. La Couronne réclame également cinq ans de prison.
Commentaires