/entertainment/events
Navigation
chroniques new-yorkaises

Tony Bennett au sommet à 86 ans

Tony Bennett au sommet à 86 ans

Coup d'oeil sur cet article

chroniques new-yorkaises
Tony Bennett au sommet à 86 ans
photo courtoisie
NEW YORK | Rares sont les artistes qui connaissent la gloire si tard en carrière. C’est le cas du crooner new-yorkais Tony Bennett, 86 ans. L’an dernier, il est devenu le chanteur le plus âgé en tête des ventes d’albums aux États-Unis pour la toute première fois en 60 ans de carrière.

Son album Duets II, sur lequel il chante avec Amy Winehouse et Lady Gaga entre autres, s’est retrouvé numéro un du Billboard 200.

« Je suis très chanceux. J’ai toujours privilégié la qualité et des chansons qui allaient traverser les époques. Ça commence à payer après toutes ces années », m’a-t-il dit au bout du fil depuis New York.

Il sortira d’ailleurs à la fin octobre un troisième album de duos, « Viva Duets », cette fois avec des vedettes de la chanson au Mexique, en Espagne et en Amérique du Sud.

Un grand sage

Le charisme de Tony Bennett transparaît même au téléphone. J’ai l’impression de discuter avec un grand sage. Après 50 millions d’albums vendus et 17 prix Grammy, l’icône de la musique affiche encore l’humilité d’un débutant.

Au fil de cette longue carrière, Anthony Dominick Benedetto (c’est Bob Hope qui lui a donné son nom de scène), n’a jamais oublié d’où il vient. Élevé dans le quartier Astoria de Queens, il savait dès l’âge de trois ans qu’il allait chanter.

C’est d’ailleurs étonnant de l’entendre parler du concert-bénéfice qu’il a donné au Metropolitan Opera l’an dernier pour ses 85 ans. Bill Clinton, Alec Baldwin, Whoopi Goldberg, Richard Gere, Katie Couric et Robert De Niro étaient présents. J’étais sur place, ce fut un concert inoubliable.

« J’étais pétrifié ce soir-là, a-t-il admis. Je me demandais si j’allais être accepté, car c’est l’antre de la musique classique. Je ne vais jamais oublier cette soirée de mon existence ». Humble jusqu’au bout des doigts, je vous disais.

Quel est le secret de sa longévité? « Je vais mieux maintenant que dans la quarantaine. Je prends soin de moi et ça paraît, je fais de l’exercice, je mange bien et je me repose. Je voyage partout dans le monde et je suis toujours en train d’apprendre ou de lire quelque chose (ces temps-ci, il dévore « The Time Keeper » de Mitch Albom). La vie est mon école », a dit celui qui n’a pas pu compléter ses études parce qu’il devait soutenir sa famille.

« Je chante et je peins encore tous les jours, je ne vais jamais prendre ma retraite si je suis assez chanceux pour garder la santé. Je veux prouver qu’on devient encore meilleur en vieillissant ».

Ses peintures sont exposées dans plusieurs institutions, dont les musées Smithsonian.

Un album avec Gaga

Il a d’ailleurs peint Lady Gaga nue récemment pour un organisme de charité. La chanteuse pop est devenue une amie. Cette amitié singulière les amènera à travailler en studio sous peu.

« Elle était en Australie il y a quatre mois et elle m’a téléphoné pour me dire qu’elle voulait faire un album jazz avec moi. J’ai très hâte, ce sera un album de swing avec un grand orchestre. C’est une des plus grandes chanteuses que j’ai entendues. Les gens vont dire : “Mon Dieu, je ne pensais pas qu’elle était si bonne”. »

Le mot qualité revient à plusieurs reprises durant notre entretien. De ses costumes à ses crayons, tout ce qu’il produit, porte ou utilise doit durer. « J’ai toujours su qui j’étais et j’ai toujours respecté mon public », a-t-il dit.

C’est d’ailleurs pourquoi il préfère chanter dans de petites salles plutôt que dans des arénas. « Je n’aime pas quand il y a 16 000 personnes, je ne suis pas impressionné par ça. Je préfère l’intimité ».

Il réserve toujours une chanson a capella à son public. C’est un chauffeur de taxi qui lui a conseillé de faire ça. « Il y a quelques années, un chauffeur m’a ramassé près de Radio City Music Hall et m’a dit : “les chanteurs d’antan chantaient tous sans microphone, c’est ça la vraie affaire!” »

Viva Duets, le nouvel album de Tony Bennett sort le 23 octobre.

The Zen of Bennett, un documentaire sur sa vie réalisé par son fils sortira sur Netflix au Canada le 12 novembre.

Une exposition de Tony Bennett organisée par le Festival international de jazz de Montréal aura lieu l’an prochain dans la métropole québécoise.

Tony Bennett au sommet à 86 ans

Le photographe officiel de la Maison Blanche, Pete Souza, expose plusieurs photos des quatre ans de présidence de Barack Obama à la galerie Leica dans le quartier SoHo jusqu’au 10 novembre (670 Broadway). L’entrée est gratuite.

Souza connaît le président depuis 2005, quand il a commencé à documenter pour le « Chicago Tribune » la première année d’Obama à Washington, D.C., alors qu’il était sénateur.

Souza a photographié des centaines de réunions dans le bureau ovale de la Maison blanche et volé des centaines de milliers de kilomètres à bord d’Air Force One. Il offre une vitrine fascinante sur la vie du 44e président des États-Unis. Une partie des photos est d’ailleurs accessible au public en ligne (flickr.com/whitehouse).

Breakfast at Tiffany’s sur les planches

Avis aux admirateurs de Holly Golightly, le célèbre roman de Truman Capote, « Breakfast at Tiffany’s », sera présenté sur les planches de Broadway à partir de février 2013 au Shubert theater.

L’adaptation est signée Richard Greenberg, qui a gagné un prix Tony en 2003 pour la pièce « Take Me Out ». Le personnage de Holly Golightly sera campé par Emilia Clarke, la vedette de la populaire série de HBO « Game of Thrones ».

L’histoire se situe à New York en 1943 et la pièce sera plus proche du roman que du film culte de 1961 mettant en vedette Audrey Hepburn et George Peppard.

NEW YORK | Rares sont les artistes qui connaissent la gloire si tard en carrière. C’est le cas du crooner new-yorkais Tony Bennett, 86 ans. L’an dernier, il est devenu le chanteur le plus âgé en tête des ventes d’albums aux États-Unis pour la toute première fois en 60 ans de carrière.

 

Son album Duets II, sur lequel il chante avec Amy Winehouse et Lady Gaga entre autres, s’est retrouvé numéro un du Billboard 200.

« Je suis très chanceux. J’ai toujours privilégié la qualité et des chansons qui allaient traverser les époques. Ça commence à payer après toutes ces années », m’a-t-il dit au bout du fil depuis New York.

Il sortira d’ailleurs à la fin octobre un troisième album de duos, « Viva Duets », cette fois avec des vedettes de la chanson au Mexique, en Espagne et en Amérique du Sud.

Un grand sage

Le charisme de Tony Bennett transparaît même au téléphone. J’ai l’impression de discuter avec un grand sage. Après 50 millions d’albums vendus et 17 prix Grammy, l’icône de la musique affiche encore l’humilité d’un débutant.

Au fil de cette longue carrière, Anthony Dominick Benedetto (c’est Bob Hope qui lui a donné son nom de scène), n’a jamais oublié d’où il vient. Élevé dans le quartier Astoria de Queens, il savait dès l’âge de trois ans qu’il allait chanter.

C’est d’ailleurs étonnant de l’entendre parler du concert-bénéfice qu’il a donné au Metropolitan Opera l’an dernier pour ses 85 ans. Bill Clinton, Alec Baldwin, Whoopi Goldberg, Richard Gere, Katie Couric et Robert De Niro étaient présents. J’étais sur place, ce fut un concert inoubliable.

« J’étais pétrifié ce soir-là, a-t-il admis. Je me demandais si j’allais être accepté, car c’est l’antre de la musique classique. Je ne vais jamais oublier cette soirée de mon existence ». Humble jusqu’au bout des doigts, je vous disais.

Quel est le secret de sa longévité? « Je vais mieux maintenant que dans la quarantaine. Je prends soin de moi et ça paraît, je fais de l’exercice, je mange bien et je me repose. Je voyage partout dans le monde et je suis toujours en train d’apprendre ou de lire quelque chose (ces temps-ci, il dévore « The Time Keeper » de Mitch Albom). La vie est mon école », a dit celui qui n’a pas pu compléter ses études parce qu’il devait soutenir sa famille.

« Je chante et je peins encore tous les jours, je ne vais jamais prendre ma retraite si je suis assez chanceux pour garder la santé. Je veux prouver qu’on devient encore meilleur en vieillissant ».

Ses peintures sont exposées dans plusieurs institutions, dont les musées Smithsonian.

Un album avec Gaga

Il a d’ailleurs peint Lady Gaga nue récemment pour un organisme de charité. La chanteuse pop est devenue une amie. Cette amitié singulière les amènera à travailler en studio sous peu.

« Elle était en Australie il y a quatre mois et elle m’a téléphoné pour me dire qu’elle voulait faire un album jazz avec moi. J’ai très hâte, ce sera un album de swing avec un grand orchestre. C’est une des plus grandes chanteuses que j’ai entendues. Les gens vont dire : “Mon Dieu, je ne pensais pas qu’elle était si bonne”. »

Le mot qualité revient à plusieurs reprises durant notre entretien. De ses costumes à ses crayons, tout ce qu’il produit, porte ou utilise doit durer. « J’ai toujours su qui j’étais et j’ai toujours respecté mon public », a-t-il dit.

C’est d’ailleurs pourquoi il préfère chanter dans de petites salles plutôt que dans des arénas. « Je n’aime pas quand il y a 16 000 personnes, je ne suis pas impressionné par ça. Je préfère l’intimité ».

Il réserve toujours une chanson a capella à son public. C’est un chauffeur de taxi qui lui a conseillé de faire ça. « Il y a quelques années, un chauffeur m’a ramassé près de Radio City Music Hall et m’a dit : “les chanteurs d’antan chantaient tous sans microphone, c’est ça la vraie affaire!” »

Viva Duets, le nouvel album de Tony Bennett sort le 23 octobre.

The Zen of Bennett, un documentaire sur sa vie réalisé par son fils sortira sur Netflix au Canada le 12 novembre.

Une exposition de Tony Bennett organisée par le Festival international de jazz de Montréal aura lieu l’an prochain dans la métropole québécoise.

 

 

Tony Bennett au sommet à 86 ans

 

Le photographe officiel de la Maison Blanche, Pete Souza, expose plusieurs photos des quatre ans de présidence de Barack Obama à la galerie Leica dans le quartier SoHo jusqu’au 10 novembre (670 Broadway). L’entrée est gratuite.

Souza connaît le président depuis 2005, quand il a commencé à documenter pour le « Chicago Tribune » la première année d’Obama à Washington, D.C., alors qu’il était sénateur.

Souza a photographié des centaines de réunions dans le bureau ovale de la Maison blanche et volé des centaines de milliers de kilomètres à bord d’Air Force One. Il offre une vitrine fascinante sur la vie du 44e président des États-Unis. Une partie des photos est d’ailleurs accessible au public en ligne (flickr.com/whitehouse).

 

 

Breakfast at Tiffany’s sur les planches

Avis aux admirateurs de Holly Golightly, le célèbre roman de Truman Capote, « Breakfast at Tiffany’s », sera présenté sur les planches de Broadway à partir de février 2013 au Shubert theater.

L’adaptation est signée Richard Greenberg, qui a gagné un prix Tony en 2003 pour la pièce « Take Me Out ». Le personnage de Holly Golightly sera campé par Emilia Clarke, la vedette de la populaire série de HBO « Game of Thrones ».

L’histoire se situe à New York en 1943 et la pièce sera plus proche du roman que du film culte de 1961 mettant en vedette Audrey Hepburn et George Peppard.

 

 

 

Commentaires