/news/politics
Navigation
défaut de paiement

Le Québec moins à risque

Bloc politique provinciale

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – L’avertissement est sans équivoque : le Canada pourrait un jour connaître une crise de la dette, comme en Europe, si les provinces continuent de gérer leurs finances publiques comme elles le font actuellement, selon une étude de l’Institut Macdonald-Laurier sur la solvabilité des provinces et l’obligation du fédéral.

Le Québec est cependant la province canadienne la moins à risque de se retrouver en défaut du paiement de sa dette d’ici 20 ans, et ce, même si sa dette est la plus élevée au pays per capita.

Selon l’étude réalisée par le consultant Marc Joffe pour le compte de l’Institut, c’est plutôt l’Ontario qui est la plus à risque de faire défaut d’ici 10, 15 ou 20 ans alors que sa dette est très élevée et qu’elle enregistre des déficits chroniques.

D’ici 30 ans, l’Alberta serait la plus à risque de faire défaut même si elle n’a pour le moment aucune dette et qu’elle détient la meilleure cote de crédit provinciale au pays. La province affiche de lourds déficits et cette situation devrait se poursuivre au cours des prochaines années en raison du vieillissement de la population.

Le Québec n’est pas totalement à l’abri d’un défaut de paiement, mais les probabilités sont moins grandes qu’ailleurs au pays. Dans son étude, Marc Joff explique que les finances publiques de la province reposent moins sur les prix volatiles des matières premières et de l’énergie contrairement à l’Alberta.

D’ici 20 ans, il y a donc 8,1% des chances que le Québec fasse défaut et 28,2% d’ici 30 ans.

En Ontario, la probabilité est beaucoup plus élevée alors qu’il y a 42,9% des probabilités d’ici 20 ans et 79,3% dans 30 ans.

Quant à l’Alberta, la probabilité est de 42,4% dans 20 ans et de 79,3% dans 30 ans.

Devant ce constat, Marc Joff prévient que le Canada pourrait connaître à son tour une crise de dette, des décotes de crédit et devoir mettre sur pied des plans de sauvetage si les provinces ne prennent pas dès maintenant des mesures pour redresser leurs finances publiques. Si l’une des provinces canadiennes se retrouve en défaut de paiement de sa dette, la situation pourrait affecter les autres et même l’économie entière du pays.

Mais à court terme, aucune province ne risque de faire défaut.

 

 

Commentaires