/entertainment/comedy
Navigation
Blagues choquantes

L’humour au banc des accusés

Guillaume Wagner
Guillaume Wagner

Coup d'oeil sur cet article

Il ne fait pas bon être un humoriste québécois par les temps qui courent. Après Rachid Badouri et Laurent Paquin, Guillaume Wagner est le troisième humoriste, ce mois-ci, à devoir s’expliquer sur un gag qui a choqué certaines personnes. Les humoristes en sont-ils rendus à devoir s’auto-censurer à cause des réseaux sociaux?

La nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux, dimanche soir dernier. Marie-Élaine Thibert écrivait, sur sa page Facebook, avoir vécu de l’intimidation à la suite d’un gag se trouvant dans le nouveau one-man show de Guillaume Wagner.

Alertée par la chronique de Sophie Durocher, L’humour-poubelle, parue dans le Journal, vendredi dernier, la chanteuse a écrit une virulente lettre publique (à lire sur la page suivante). Rapidement, les commentaires d’internautes ont fusé de toutes parts.

Environ une heure plus tard, Guillaume Wagner annonçait, sur sa propre page Facebook, qu’il allait retirer le gag choquant sur la future maman (à lire ci-contre).

Pas d’intimidation

Rejoint par le Journal, Jasmin Roy, qui a déjà travaillé avec Guillaume Wagner, affirmait qu’il ne s’agissait aucunement d’un cas d’intimidation. «L’intimidation pour moi, surtout en milieu scolaire, c’est la répétition. Si Guillaume avait continué de faire ce gag en sachant qu’il blessait, oui ç’aurait été de l’intimidation. [...] Je pense que la blague de Marie-Élaine Thibert aurait pu se faire, mais d’une autre façon.»

Réseaux sociaux

Cette petite controverse s’ajoute à celles qu’ont vécues ce mois-ci Rachid Badouri et Laurent Paquin, ainsi qu’Étienne Dano, le printemps dernier (voir tableau page suivante). Dans tous les cas, les humoristes ont dû retirer des gags après avoir été violemment critiqués sur les réseaux sociaux.

«Il y a énormément de violence verbale et d’agression sur Internet, remarque le fondateur de Juste pour rire, Gilbert ­Rozon. C’est un endroit où n’importe qui peut dire n’importe quoi. Il n’y a plus de filtre. [...] Les réseaux sociaux, c’est un nouveau média qu’on est en train d’apprivoiser. Ce n’est pas encore gagné.»

Côté sombre

À l’École nationale de l’humour, la directrice générale, Louise Richer, reconnaît que la récente popularité de Twitter a changé la donne. «Les réseaux sociaux deviennent comme les maisons de sondage. C’est inquiétant, mais je pense qu’il faut aussi assumer son niveau de provocation.»

«Le côté sombre des réseaux sociaux, c’est sûr qu’on va voir comment ça va évoluer et peut-être en parler dans le cours de gestion de carrière», ajoute-t-elle.

Alors, jusqu’où peut-on aller en humour, en 2012? «Il y a toujours un danger de tomber dans le politically correct, répond Gilbert Rozon. D’un côté, je suis contre toute forme de contrôle. On vit dans un pays où la liberté d’opinion est ce qu’on a de plus précieux. C’est aussi toujours une question de manière. Yvon Deschamps est allé extrêmement loin, mais il le faisait avec le sourire.»


Les explications de Guillaume Wagner

« Suite à l’indignation de madame Marie-Élaine Thibert et étant donné que l’on n’a pas daigné expliquer le contexte de la blague dans les journaux (contexte qui ne semblait même pas être possédé par la personne qui l’a écrit), le voici :

«On ne veut pas de matantes dans la salle. Elles ne comprendront pas mon humour. Truc rapide pour éliminer les matantes? T’as juste à faire une joke chienne sur quelqu’un de connu qu’elles aiment. N’importe qui ! Du genre : (...)»

Voilà le contexte. Je dis dans mon spectacle que je ne veux pas y voir de "matantes". Je procède donc à faire un gag gratuit par exprès pour les éloigner de mes salles. Que pour que ça soit efficace, je dois faire un gag qui insulte une vedette qu’ils aiment pour les choquer et les faire fuir de la salle. J’ai choisi une de leur préférée, Marie-Élène Thibert. Je l’ai choisie parce qu’elle est aimée. Le gag va être gratuit, j’avertis les gens. Je leur dis que le gag va trop loin avant... et après.

Ça n’a rien de personnel à cette personne. Je me sers d’elle comme d’un symbole. C’est un gag interchangeable avec peu importe la «vedette». Ça aurait pu être un homme ou une femme. Rien à voir avec une attaque aux femmes. En aucun cas une tentative d’intimidation.

Je suis très attristé que ce gag ait autant affecté Marie-Élaine, sa famille, son entourage et son conjoint. Jamais je ne me serais attendu à un tel émoi. Je le croyais bien honnêtement assez clair pour ne pas être pris au sérieux. Je le retire donc de mon spectacle par respect.

Les gens qui paient pour venir me voir paient pour un spectacle corrosif. Ce n’est pas de la télé live. Mes gags ne sont pas faits pour être rapportés à tout heure du jour ou imprimés dans un journal hors de leur contexte pour être sensationnalistes.

Je vous assure qu’il n’est pas mon rôle d’intimider qui que ce soit. Je suis corrosif, direct, cru, vulgaire, choquant, mais intimider quelqu’un suggère et que je souhaite du mal à cette personne en multipliant les attaques violentes envers elle. Ce n’est pas le cas ici.

Ce n’est qu’une joke maladroite venant d’un humoriste qui aime trop provoquer. Je trouve très dommage que ça ait dégénéré de la sorte.

En terminant je voudrais juste dire : Les Cyniques, RBO, Les Bleu Poudre, comptez-vous chanceux de ne pas avoir eu Twitter et Facebook. ;) » 


La colère de Marie-Élaine Thibert

« Marie-Élaine Thibert est tellement laide que ça devrait être déductible d’impôt de la fourrer. »

GUILLAUME WAGNER, humoriste...?

Je le dis haut et fort, je suis victime d’intimidation...

J’ai été extrêmement blessé par ses propos, mais pas autant blessée que ma famille, mes amis, et surtout mon amoureux qui est, je vous le dis, hors de lui en ce moment.

Malheureusement, trop souvent on banalise tout ça... plus rien n’est grave aujourd’hui... et pour avoir la paix, on se la ferme. Souvent, ces gens qui nous font du mal savent très bien que nous ne dirons rien...

Et dans le milieu artistique, comme on ne veut jamais déplaire, on se la ferme...

Alors aujourd’hui, je dénonce!

L’intimidation, c’est de l’intimidation dans une cour d’école, sur scène, dans les médias. AUCUNE différence. Tu dirais quoi à une jeune fille, par exemple, qui se voit la victime élue d’une gang de twits à l’école qui partout clame qu’elle est «si laide que ça devrait être déductible d’impôt de LA FOURRER»???? Que c’t’une joke hors contexte pour faire flipper les «matantes»????

Ici, sous le COUVERT de l’humour, il vient de foutre à terre tous les efforts de sensibilisation à l’intimidation. Il reprend à son compte, à des fins de spectacle, ce qu’on tente désespérément de changer comme attitude chez les jeunes. S’attaquer directement à une femme – personnalité publique ou non – de façon aussi violente strictement sur un critère physique en y reliant en prime une connotation sexuelle dégradante POUR TOUTES LES FEMMES, voilà que ce gars ne vient pas de faire avancer les choses. Pathétique!

«Un employeur qui dit à une employée : wow, t’as un beau petit cul, à la blague devant deux personnes, peut être traîné devant le Tribunal des droits de la personne pour harcèlement sexuel. Mais il est tout à fait acceptable de dire à la même personne, devant des milliers de Québécois que cette personne est tellement laide que de la fourrer donne un crédit d’impôt!»

Je tiens à te dire une chose cher Guillaume : dans notre showbiz, tous les gens que l’on fait chier quand on monte l’escalier du succès, on les revoit tous quand on le redescend.

Tu m’as envoyé un email d’excuses et d’explications. Je salue ton courage... Mais à quoi ça sert quand je sais que tu vas continuer à faire cette «bonne blague» partout au Québec. »


Tout est bien qui finit bien ?

Avis à tous à propos de Guillaume Wagner : nous nous sommes jasés en tout respect, et il m’a dit qu’il enlèverait son sketch sur moi.

Merci Guillaume,

bon succès,

sans rancune ;-)

Ils ont dit ...
Quelques artistes et autres internautes ont réagi sur les médias sociaux à la petite controverse impliquant Guillaume Wagner et Marie-Élaine Thibert. Voici certains commentaires triés sur le volet.
«
Les gens s’offusquent pour des conneries et laissent les vrais enjeux se morpionner au point de faire du Québec une société qui n’avance plus, qui a les deux pieds dans le ciment. Une trop grande minorité de gens ont des réflexions à deux cennes alimentées par des commenteux d’une alarmante paresse intellectuelle. Des commenteux qui n’ont pas plus de jugement que de vocabulaire.  »
Louis Morissette
(sur sa page Facebook)
«
Faire des blagues sur le physique de quelqu’un, c’est paresseux intellectuellement. Et facile. Et lâche. »
L’auteur Patrick Sénécal
(en réponse au message de Louis Morissette)
«
Ça se plaint que les gens critiquent RadioX sans l’avoir écouté et ça critique le show de Guillaume Wagner sans l’avoir vu. »
L’humoriste Louis T
@_LouisT
«
Ajout au programme à l’école nationale de l’humour : Comment retirer une blague d’un spectacle ou une vidéo de YouTube ! »
LaBandeRaide
@LaBandeRaide
«
Badouri, Paquin et maintenant Wagner? Tout ça dans le même mois? Où est le sens de l’humour des Québécois? »
Le réalisateur des Satiriques Pierre-Luc Gosselin
(sur sa page Facebook)
«
Tout ne mérite pas d’être dit. Mais qui en sera le juge? Il est là, le danger de la censure »
L’auteur Daniel Thibault
@danielthibault
Commentaires