/news/currentevents
Navigation
garderie | JE

Gardienne en détresse

Une gardienne expose ses idées suicidaires sur un forum de discussion virtuel

Coup d'oeil sur cet article

 

Une gardienne expose ses idées suicidaires, se déclare dépressive et étale sa consommation de médicaments sur un forum, mais continue de garder les enfants à sa charge.

C’est ce que présente l’équipe de JE dans son reportage qui sera diffusé ce soir sur les ondes de TVA. En août dernier, la gardienne de six enfants en garderie privée non subventionnée publiait chaque jour des lignes très alarmantes, alors qu’elle fréquentait un forum de discussion virtuel visité par différents acteurs du milieu des services de garde.

«C’est dur d’ouvrir la porte chaque matin avec le gros sourire au visage quand tu es en cr... d’être vivante. Je regrette amèrement de m’être ratée la dernière fois avec mes pilules.»

Rapidement, des éducatrices entrent en contact avec elle par le biais du forum et lui suggèrent de cesser de garder des enfants.

Toujours en poste

«On lui disait de penser à elle. [...] Ça n’avait pas de bon sens dans ce contexte-là qu’elle continue d’opérer sa garderie», souligne Mélanie Normandin, une éducatrice qui fréquente le forum.

Mais la gardienne ne veut rien savoir. Sous la pression, elle change simplement de nom d’utilisateur.

Les éducatrices qui ont pris les devants pour exposer cette affaire au grand jour se sentent impuissantes. La garderie privée n’est régie par aucune loi et la DPJ, de son côté, ne peut intervenir tant qu’il n’y a pas de preuve de sévices.

Confrontée par l’équipe de JE, la gardienne d’enfants nie avoir des problèmes de dépression actuellement et assure que ses idées suicidaires sont «comme [celles de] tout le monde», sans plus.

Au sujet de ce qu’elle a écrit sur le forum, elle admet «qu’il y en avait 75 % qui était faux». 

«Tout le monde prend le risque d’attendre de voir qu’il arrive quelque chose à ces enfants-là», déplore Mélanie Normandin. «On a peur de la voir apparaître à la tv [...] et de se dire “on était au courant et on n’a rien fait”».

Crypte

L’émission JE présentera aussi ce soir un reportage portant sur l’Église de La Visitation, à Montréal, où le vicaire Patrick Goulet aurait déterré 366 sépultures pour les mettre en exposition dans la crypte de l’église.

Depuis 2005, elles sont accessibles à tous et certaines possèdent même une vitre pour exhiber les ossements des disparus.

Pourtant, les autorités ne semblaient pas être au courant avant que JE ne s’intéresse au cas. Le curé de l’époque, André Gazaille, affirme qu’il n’avait pas été mis au courant par son vicaire, mais que ce dernier n’avait certainement «rien voulu faire de mal».

L’archevêché de Montréal a quant à lui demandé de suspendre les visites dont il n’avait pas été informé en attendant l’évaluation officielle du cas. L’archevêque soutient toutefois que si certaines vitres ont été cassées, puis remplacées, cela démontre bien le respect que le prêtre Goulet portait aux reliques.

«C’est une profanation», s’indigne quant à lui Paul Racine, historien de l'art et spécialiste du patrimoine religieux du Québec. Pour lui, d’avoir transformé une relique patrimoniale va à l’encontre de la loi. «C’est quelque chose d’inadmissible sur le plan historique et archéologique», soutient-il.

Pour l’archéologue Isabelle Ribot, l’hygiène peut être compromise dans ce genre de situation, notamment par «les gaz de décompositions».


Commentaires