/travel/outdoors
Navigation
drôles d’oiseaux

L’échasse d’Amérique

Coup d'oeil sur cet article

Nous abordons un de ces milieux humides particulièrement bien préservés du sud des États-Unis. Soudain un oiseau passablement agressif se déchaîne au-dessus de nos têtes en poussant des cris, des «kek-kek-kek» très sonores.

Nous abordons un de ces milieux humides particulièrement bien préservés du sud des États-Unis. Soudain un oiseau passablement agressif se déchaîne au-dessus de nos têtes en poussant des cris, des «kek-kek-kek» très sonores. Ses vocalises deviennent de plus en plus perçantes et, à plusieurs reprises, il faut se pencher pour éviter les charges du bec noir particulièrement aiguisé.

De très longues pattes rouges aux doigts faiblement palmés traînent à l’arrière, un peu comme si ce limicole au plumage noir et blanc désirait nous effrayer en paraissant plus costaud. La tête recouverte d’un capuchon noir, imitant certains jeunes, s’adoucit d’une jolie tache blanche qui maquille son œil foncé.

Il est difficile de distinguer un mâle d’une femelle tellement les sexes sont semblables. Pas très loin, la raison de ces charges guerrières s’est immobilisée. Un oisillon au plumage duveteux brun olive tacheté de lignes noires tente de se faire le plus discret possible au milieu de touffes de végétation jaunâtres partiellement immergées.

Mille façons de déjouer les importuns

Incapable de voler avant l’âge de 26 jours, le petit doit compter sur ses parents pour ingérer une foule de délicieuses et croquantes proies ayant développé bien des astuces pour essayer de passer inaperçues.

Mais l’échasse d’Amérique est particulièrement habile pour localiser ses proies d’un coup d’œil. Ses longues pattes lui permettent de se déplacer rapidement, puis soudain, tandis qu’elle ouvre les ailes, son bec balaie le fond vaseux à grands coups. Parfois, elle peut immerger complètement la tête. Que ce soient dans des étangs salés, des lacs d’eau dou­ce ou des marécages, ses longues pattes lui permettent d’avancer très délicatement pour ne pas effaroucher ses victimes.

Si un de ses 3 ou 4 petits est menacé par un prédateur, l’adulte n’hésite pas à multiplier les ruses pour détourner l’attention de l’agresseur. Tout en poussant des cris redoutables, il feint d’avoir une aile cassée, il tourne en rond autour de l’inquiétant visiteur tout en sautant de côté. Médusé, l’importun s’éloigne. Alors l’adulte reprend sa chasse aux mollusques et aux insectes tandis que, tout à côté, un photographe vit des instants inoubliables.

Commentaires