/entertainment/celebrities
Navigation
CONJOINTES | VEDETTES

«On nous juge souvent»

Claudia Barila vit avec Guy Laliberté depuis huit ans

«On nous juge souvent»
Photo d’archives Éric Carrière, Agence QMI Le mannequin Claudia Barila et le fondateur du Cirque du Soleil, Guy Laliberté, sont les parents de deux enfants de cinq et sept ans.

Coup d'oeil sur cet article

Claudia Barila est la complice de vie du célèbre fondateur du Cirque du Soleil, Guy Laliberté. Vie de star, vous direz? «Non. Souvent, on nous jugera trop facilement», répond-elle d’emblée.

À 38 ans, Claudia Barila, mannequin de profession, qui arrive d’ailleurs du Mexique pour le shooting photos d’un catalogue allemand, est franche, directe, sincère. Avant d’être la femme de..., elle est Claudia Barila tout simplement.

«Guy n’est pas une star, car nous n’avons pas d’agents de sécurité ni de paparazzis dans notre cour. Cet été, nous avons reçu des vraies stars à la maison, je ne vous les nommerai pas... et il y avait des photographes cachés dans mon jardin. J’ai vu l’agression sur la liberté de mes amis qu’implique une vraie vie de star. Avec Guy, je ne vis pas cela. Et même s’il est très connu au Québec, ce n’est pas le cas quand il est à l’étranger», nous dit-elle dans une entrevue exclusive qu’elle a accordée au Journal.

Le jugement

Elle ne cache pas d’ailleurs que c’est au Québec que le jugement est le plus dur envers eux.

«Le succès et l’argent sont encore mal perçus dans une ville comme Montréal. Ce que je déplore, car l’endroit, pourtant, est extraordinaire, mais sur ce point, on fait encore petit village. Et je crois qu’une telle mentalité empêche Montréal de prendre sa réelle place comme ville internationale malgré tout le talent qu’il y a. Les gens te jugent durement ici, je le répète. Guy a été critiqué injustement lorsqu’il est allé dans l’espace. Pourtant, il a fait un show qui a rapporté des millions à One Drop. Ce fut un énorme succès. C’est un grand philanthrope, un homme généreux», confie Claudia.

Elle avoue toutefois que lorsqu’elle est au restaurant avec son homme, «disons que le service est excellent. Ça peut faire une petite différence» lance-t-elle en riant.

Mais il n’est pas question qu’elle se serve du nom de son conjoint pour tirer avantage d’une situation. «Au contraire, lorsqu’on me demande que fait mon copain, je réponds qu’il est un producteur de show de cirque. Je suis une femme très indépendante et Guy admire cela de moi, je crois. Et je ne juge pas les gens pour ce qu’ils font, mais plutôt pour qui ils sont, donc je ne suis pas le genre à me vanter du fait que je suis avec Guy Laliberté.»

Quel est le meilleur conseil qu’elle peut donner aux gens qui vivent avec des personnalités publiques?

«Rester eux-mêmes. Oui, cela nous permet de vivre des choses extraordinaires, mais la vie au quotidien nous ramène vite sur terre. Guy est un gars généreux que j’admire énormément. Il est vrai. Je suis très fier qu’il soit le père de mes deux enfants de sept et cinq ans.»

Anecdote

Claudia nous raconte alors une anecdote qui s’est produite lors d’un voyage à New York avec son homme.

«Nous nous préparions à entrer dans une boutique de Soho et un passant a crié Wow... Il venait de reconnaître Guy et il a dit: “T’es le gars de Poker Star...” J’ai tellement ri. À l’étranger, dans la rue, on le reconnaît plus pour son poker que comme le fondateur du Cirque du Soleil... Mais son tournoi de poker l’an dernier a rapporté 5,3 millions $ à One Drop, qui donne accès à l’eau à des enfants qui n’y ont pas accès. Donc, pour cette raison, il peut continuer à jouer tant que ça améliore le sort de la planète», conclut Claudia Barila, qui avoue vouloir un jour se marier avec son homme.

«Mais nous nous sommes promis que lorsque ça fera 20 ans, on y songera, car ce sera encore plus spécial. Il nous en reste 12...», lance-t-elle, rêveuse.

Commentaires