/homepage
Navigation

Un nouveau membre de la famille

Adoption
Photo Le Journal de Montréal, Anabel Cossette-Civitella Victoria Forest est rapidement tombée en amour avec le husky que sa famille a adopté à la SPCA.

Coup d'oeil sur cet article

Deux beaux grands yeux bleus, un air timide, un tempérament calme... le septième membre de la famille Forest-Benoît est arrivé hier. La chienne husky d’un an et demi n’a pas encore de nom et a été trouvée dans la rue.

«Quand je l’ai vue dans la cage, j’ai tout de suite su que j’allais l’aimer!», s’enthousiasme Victoria Forest, 12 ans, après avoir eu le coup de foudre pour la femelle husky fraîchement arrivée au refuge de la SPCA. La chienne n’a pas un historique très détaillé, mais Victoria lui voue déjà un amour inconditionnel.

Elle explique que la famille possède déjà un husky, mais qu’il se «sentait seul». Solution: on adopte un ami pour lui tenir compagnie. «Enfin, ça va être plus juste entre les trois enfants. On va se partager deux chiens plutôt qu’un lorsqu’on va dormir», projette déjà Victoria, qui précise fièrement qu’elle sera la maîtresse assignée de l’animal.

Pour elle, il est à peu près inconcevable que les refuges débordent. Quand on lui dit que certaines personnes se tannent de leur animal, elle rétorque qu’il n’y a aucune bonne raison pour délaisser un chien : «Quant à moi, un chien, c’est génial!»

Dans la famille Forest-Benoît, on discute déjà du nom de la nouvelle venue avec animation. Pour cette famille de Mascouche, rien n’est plus clair: la chienne sera un membre de la famille.

Comme un enfant

Les familles qui fréquentent la SPCA veulent généralement «donner une deuxième vie à un animal», souligne Martin Lemire, qui s’est déplacé avec ses deux enfants pour adopter un chien. Il déplore l’inconscience de certains propriétaires : «Les gens pensent qu’ils peuvent traiter leur chien comme un bibelot. Mais non, un chien, c’est comme un enfant», assure-t-il.

 

Sur le même sujet
Commentaires