/news/currentevents
Navigation

Un propriétaire de bar tiré à Mirabel

Un propriétaire de bar tiré à Mirabel
Photo le journal de Montréal, Anabel Cossette civitella L’enquête policière et la rencontre de témoins ont continué hier toute la journée au Garage de Mirabel.

Coup d'oeil sur cet article

La fusillade qui a clos une soirée pourtant «comme les autres» au bar de danseuse Le Garage à Mirabel reste à peu près sans explication, le lendemain de l’événement.

Peu bavard, l’air nerveux et fatigué, un témoin qui se trouvait à quelques mètres de la scène explique qu’il finissait sa soirée à 4 h 05 dans la nuit de samedi à hier lorsqu’il a été pris au dépourvu par les tirs. Il croyait que les sons provenaient d’un pistolet à pétards, puis s’est vite rendu compte de la gravité de la situation.

«Tout s’est passé tellement vite... Je sais que je me suis protégé, c’est tout». Il affirme aussi que le tireur a vidé son chargeur – 14 balles – sur un homme qu’il ne connaissait pas.

Une soirée comme les autres

La victime est en fait Dannick Lessard, le propriétaire du bar et joueur de hockey dans la Ligue nord-américaine Les River Kings de Cornwall. Il a été atteint par balle à au moins quatre reprises.

Du côté de la Sûreté du Québec, après une journée sur le terrain, on disait encore laconiquement hier soir qu’«il [était] encore trop tôt pour établir les mobiles du crime».

Pour une cliente qui est partie du Garage à 3 h 45 du matin, il relève presque du miracle qu’il n’ait pas été impliqué dans l’événement. Pourtant, à quelque 20 minutes de la fusillade, «ce n’était pas différent que d’habitude», assure Kim Lachapelle, une information corroborée par plusieurs autres habitués de la place.

Au bar Crystal, à quelques pas du Garage, une serveuse s’inquiète un peu de l’événement.

«C’est devenu dangereux d’être barmaid», lance-t-elle en rappelant différents événements violents survenus dans les Laurentides ces derniers mois, comme le meurtre de Linda Bonette à Saint-Jérôme.

Aux alentours du bar le Garage, il n’y a que des entrepôts et des bâtiments commerciaux, un boisé et des champs. «L’endroit est isolé», parfait pour commettre un crime, admet Caroline Monat, une des seules résidentes dont la maison avoisine Le Garage.

Mais elle n’a rien vu, rien entendu des déflagrations, comme tous les autres voisins, clients et employés des alentours.


  • La SQ cherche des témoins. Contactez le 1 800 659-4264. Vos informations resteront confidentielles.
Commentaires