/sports/soccer/impact
Navigation
Impact | Bilan

Content mais pas satisfait

Content mais pas satisfait
Photo d’archives Le président de l’Imact, Joey Saputo, a affirmé lors d’une conférence de presse, mercredi, que Marco Di Vaio, Felipe ainsi que plusieurs autres joueurs de l’édition 2012 seront de retour à Montréal l’an prochain.

Coup d'oeil sur cet article

Il fallait lire entre les lignes quand Joey Saputo a fait le bilan de la première saison de l’Impact en MLS, hier.

Le président du club a dit être content des résultats sans pour autant être satisfait.

«Nous avons atteint notre objectif qui était d’être compétitifs dès la première année, mais je ne suis pas tout à fait satisfait parce que nous ne sommes pas une équipe de septième place», a-t-il déclaré devant des dizaines de journalistes.

Saputo n’a pas pris de raccourci pour indiquer ses intentions quant à la ­prochaine saison de l’équipe.

«Nous ne voulons pas être proches des séries, nous voulons être dans les séries.»

Beaucoup sont de retour

Saputo a également profité de la rencontre pour confirmer le retour de nombreux joueurs.

Ainsi, Patrice Bernier, Davy Arnaud, Marco Di Vaio, Alessandro Nesta, Matteo Ferrari, Nelson Rivas, Felipe, Troy Perkins et Andrew Wenger font partie des joueurs qui porteront à nouveau le maillot bleu et blanc la saison prochaine.

Il sera intéressant de voir comment Jesse Marsch composera avec ses trois arrières centraux vedettes Nesta, Ferrari et Rivas.

«Il y a eu des discussions avec les joueurs qui ne seront pas de retour. Mais ils n’ont eu que trois jours de congé, il y aura donc d’autres discussions», a confirmé le ­directeur sportif Nick De Santis.

«Je peux vous dire que les joueurs qui ne seront pas dans les plans la saison ­prochaine ne feront pas le voyage en ­Italie», a-t-il ajouté.

Meilleure attitude

Arrivé en milieu de saison, le gardien Troy Perkins s’est rapidement intégré au groupe et il ne s’est pas gêné pour faire un constat quant au comportement de l’équipe sur le terrain.

«Nous devons travailler sur l’attitude, nous devons avoir plus de fierté et ne pas laisser les autres équipes nous dicter la façon dont nous jouons.»

Ses propos ont mis la table à l’analyse de Jesse Marsch, qui a été plus dur, parce que son objectif avoué était de faire les séries éliminatoires dès la première saison.

«À mes yeux, et particulièrement de la façon dont s’est terminée la saison, ce n’était pas suffisant.

«Je pense que nous n’avons pas été ­assez compétitifs lors de nos deux derniers matchs.»

Jeckyll et Hyde

On peut dire que l’Impact a eu le syndrome du Dr Jeckyll et de Mr Hyde.

«Cette équipe a deux personnalités, une en déplacement et une autre à domicile», a constaté Marco Di Vaio.

À ce titre, Patrice Bernier estime que c’est une des facettes du jeu que doit améliorer la formation.

«Il faut qu’on ait un plan B concret à l’extérieur, il faut trouver le facteur qui peut nous apporter quelque chose de plus.»

Limiter les faiblesses

En vue de la prochaine saison, Marsch entend réduire considérablement les faiblesses de son équipe.

«Nous devons nous assurer que les éléments qui étaient des faiblesses soient éliminés et que ceux qui étaient des forces soient améliorés.»

À ce titre, De Santis estime que les fondations du club sont bonnes.

«Avec la défense qu’on a, même si nous avons accordé beaucoup de buts, nous avons Perkins qui a fait de gros arrêts et la ligne arrière est solide.

«Nous aimerions avoir un autre milieu créatif et un autre attaquant d’expérience. Nous voulons identifier nos ­besoins clairement et prendre notre temps parce que nous avons de bonnes fondations», a insisté le directeur sportif.

Commentaires