/entertainment/movies
Navigation
Lance et compte

«Jouer au hockey pis être gai» – Dave Morissette

«Jouer au hockey pis être gai» – Dave Morissette
photo courtoisie En entrevue, Dave Morissette cite le personnage de Mac Templeton (Éric Hoziel) dans Lance et compte comme une inspiration à l’adolescence.

Coup d'oeil sur cet article

À l’adolescence, Dave Morissette avait comme modèle Mac Templeton, le colosse du National dans Lance et compte. Aujourd’hui, il souhaite qu’un autre personnage de l’émission inspire les jeunes hockeyeurs québécois : le sien, Philippe Lalumière, dont l’homosexualité sera révélée ce soir au petit écran.

«J’espère qu’en regardant l’épisode, un jeune quelque part va dire : « J’ai le droit de jouer au hockey pis d’être gai. » Parce que vivre avec un secret comme ça, c’est terrible.»

L’ancien porte-couleur du Canadien de Montréal comprend néanmoins qu’en 2012, les joueurs professionnels hésitent encore à dévoiler leur homosexualité. «Le hockey, c’est un sport macho. Faire un coming out, ça implique répondre aux questions des journalistes, affronter le regard des autres... Qui veut subir tout ça ? Ça prend beaucoup de guts et d’énergie...»

En entrevue, Dave Morissette raconte avoir côtoyé quelques joueurs homosexuels durant sa carrière de hockeyeur. Une réalité qu’il ignorait à l’époque, car ceux-ci attendaient toujours leur retraite avant d’afficher leurs vraies couleurs.

«Je me suis toujours demandé comment j’aurais réagi si j’avais su... Grâce à Lance et compte, j’ai poussé ma réflexion plus loin. Et avec le recul, je crois que j’aurais été le premier à défendre un gars comme Philippe Lalumière.»

Un portrait réaliste

D’après Morissette, la façon dont Réjean Tremblay décrit les circonstances entourant le coming out de Philippe Lalumière sont criantes de vérité. Voilà pourquoi il tenait à suivre des cours d’interprétation avant d’entamer le tournage de l’émission. Pour faire bonne impression, il a retenu les services de Louise Laparé, une réputée coach d’acteurs.

«On m’a coupé tellement souvent dans ma carrière au hockey... J’ai travaillé fort pour éviter que ça m’arrive encore une fois. Réjean m’avait dit : « On te voit dans ce rôle-là. » Je voulais lui donner raison.»

Dans son incursion en terrain inconnu, Dave Morissette a pu compter sur les bons conseils du réalisateur de Lance et compte – La déchirure, Frédérick D’Amours. «Il m’a fait comprendre beaucoup de choses : Philippe Lalumière n’est pas malheureux. Il veut seulement garder sa vie privée... privée. Si les gars apprennent qu’il est gai, ils vont le traiter différemment. Il connaît l’impact que ça peut avoir sur sa carrière.»

un premier rôle
S’éloigner des clichés
Réjean Tremblay voulait trouver un acteur du gabarit de Dave Morissette pour camper Philippe Lalumière. L’objectif : s’éloigner des clichés, qui auraient fait pencher la balance du côté d’un comédien «délicat et efféminé».
Transformation physique
Dave Morissette a subi une transformation physique majeure avant d’entamer les tournages de Lance et compte – La déchirure.
Pour camper un joueur professionnel de hockey avec crédibilité, il a perdu 35 livres.
« Quand j’ai reçu les premiers textes, je pesais 250 livres. Je mangeais ce que je voulais... Je portais du noir pour camoufler mon surplus de poids. Puis, j’ai commencé à m’entraîner, à surveiller mon alimentation... J’ai changé mes habitudes. Ça m’a beaucoup servi.»
Commentaires