/entertainment/movies
Navigation
Lance et compte

Le dernier tabou

Réjean Tremblay traite d’un sujet controversé dans Lance et compte – La déchirure

Le dernier tabou
photo courtoisie En brossant le portrait d’un hockeyeur homosexuel dans Lance et compte – La déchirure, Réjean Tremblay s’attaque au dernier tabou de notre sport national.

Coup d'oeil sur cet article

Réjean Tremblay s’attaque au dernier grand tabou du hockey dans Lance et compte – La déchirure : l’homosexualité dans les vestiaires. Ce soir, le personnage interprété par Dave Morissette, Philippe Lalumière, sera victime d’un coming out forcé quand un site Web exposera sa vie privée.

L’histoire aura l’effet d’une bombe dans l’univers de Pierre Lambert et compagnie. Les journalistes s’arracheront la nouvelle, forçant la direction du National à émettre une déclaration.

Quant aux joueurs, ils réagiront de différentes façons. Certains témoigneront d’une belle ouverture d’esprit. D’autres en profiteront pour semer la zizanie. Avant le match, Blackburn (joué par Hugo Giroux) se tournera vers ses coéquipiers et lancera la réplique suivante : «Ça va bientôt nous prendre des robes de chambre... parce qu’on ne peut plus montrer nos culs à fif-Philippe.»

Réjean Tremblay s’étonne qu’aucun joueur de hockey professionnel n’ait révélé son homosexualité. «Je connais plusieurs joueurs qui ont fait leur coming out après avoir pris leur retraite. Mais pendant leur carrière... aucun», note-t-il.

Dans l’univers macho du hockey, l’homosexualité est souvent confondue avec «agression sexuelle et pédophilie», indique l’auteur. Voilà pourquoi plusieurs athlètes multiplient les efforts pour cacher leur préférence pour les hommes.

«Dans la LNH des années 1980, j’ai déjà rencontré un joueur qui – pour cacher son homosexualité – traînait toujours avec lui des bobettes de fille. Il s’en servait comme mouchoirs pour tromper ses coéquipiers !»

L’incident Stéphane Richer

Fidèle à son habitude, Réjean Tremblay s’est inspiré d’événements réels pour concocter cette nouvelle intrigue. Parmi eux, signalons les rumeurs d’idylle entre Stéphane Richer et Roch Voisine au début des années 1990. L’auteur s’est notamment rappelé une phrase qu’il avait entendue lors d’un affrontement Oilers d’Edmonton-Canadien de Montréal après l’éclatement du scandale.

«Au début du match, des joueurs des Oilers avaient traité Richer de fucking queer . Stéphane avait jeté les gants, mais Marc Messier des Oilers l’avait arrêté en disant : “Joue ta game. Personne ne va t’écœurer ici.” J’avais trouvé ça très classe de sa part. Et je m’en suis souvenu. À l’époque, je m’étais dit : « Je vais trouver une façon d’écrire ça dans Lance et compte un jour. » Vingt ans plus tard, j’ai trouvé comment : c’est mot pour mot la réplique de Sébastien Delorme dans le 7e épisode.»

Parlant de textes, les dirigeants de TVA ont tiqué sur certains mots prononcés dans les deux prochains épisodes de Lance et compte, dit Tremblay. À commencer par certaines insultes dirigées contre Philippe Lalumière.

«Les diffuseurs n’aiment pas entendre des choses comme « ostie de moumoune » et « crisse de tapette » dans une fiction. Ils ne veulent pas choquer leur clientèle. Mais pour bien dépeindre l’univers du hockey, c’était nécessaire», insiste l’auteur.

Pour offrir un portrait nuancé aux téléspectateurs, Tremblay tenait à inclure quelques scènes montrant qu’une sortie du garde-robe pourrait être accueillie avec une certaine ouverture d’esprit dans la LNH.

En réponse aux reporters qui réclament une réaction du National, Marc Gagnon (campé par Marc Messier) s’exclame : «On ne demande pas à Philippe Lalumière s’il est homosexuel ou hétérosexuel. Tout ce qu’on lui demande, c’est d’aider le National à gagner. Le reste, on s’en fout. C’est sa vie privée.»


  • Lance et compte – La déchirure à TVA ce soir à 21 h.
Commentaires