/misc
Navigation

Commensal et flexitarisme: simplement... hum... comment dirais-je...

Coup d'oeil sur cet article

N'étant pas végétarien moi-même, je suis loin d'être enragé par la décision du Commensal de passer du végétarisme au flexitarisme, contrairement à bien des végétariens qui se sentent trahis par cet abandon de leur style de vie - voire de leur doctrine. Tout de même, ce changement de menu et de philosophie me laisse assez perplexe.

Je dois dire que je comprends bien la déception des végétariens devant ce changement de cap: les options végétariennes sont rares, dans la restauration québécoise, et de voir une chaîne qui a été le porte-étendard de ce choix alimentaire baisser pavillon n'a rien de réjouissant, de ce point de vue. J'avais déjà cherché, il y a deux ans environ, un menu de restaurant gastronomique, à Québec, qui comporte de façon systématique une option végétarienne: je n'en ai pas trouvé un seul. Quand on fait ce choix de vie - un choix tout à fait légitime - on a relativement peu d'endroits vers où se tourner, dans notre coin d'Amérique. Moins que dans des endroits comme le Royaume-Uni, par exemple, ou simplement le reste du Canada et des États-Unis.

Bref, pour un végétarien, c'est une sorte de trahison. Si les restaurants Commensal pensaient que l'abandon d'une philosophie végétarienne se ferait sans réaction de la clientèle, ils faisaient certainement preuve de naïveté.

Même si Commensal semble tenter de faire un peu comme s'il s'agissait seulement d'ajouter quelques items au menu,  le changement est assez radical. Pour faire une métaphore de hockey, c'est un peu comme si le Club de hockey Canadien se portait acquéreur des Bruins de Boston et disait que rien de fondamental n'avait changé parce que l'entreprise était toujours propriétaire des Canadiens. Manger des produits animaux, pour les végétariens, c'est jouer pour l'équipe adverse. Le Commensal vient d'inviter l'équipe adverse à s'asseoir à table: qu'ils aient raison ou tort de le faire, c'est normal que leurs fans les plus dédiés soient outrés. Je me demande aussi comment les Musulmans réagiraient si leur boucherie Halal se mettaient à vendre du porc parce que le bacon connaît une grande popularité...

Pourquoi choisir?

IMG_1142 J'aime la viande, mais j'aime aussi les plats végétariens comme les ragoûts de fèves. Suis-je donc flexitarien?

Dès le départ, je dois dire que j'ai été un brin agacé par l'évocation d'une philosophie "flexitariste" pour justifier ce changement de mission assez fondamental. Le flexitarisme est en effet une "philosophie" alimentaire pour le moins molassonne. Le flexitarisme, ce "végétarisme à temps partiel", évoqué par le président-propriétaire Pierre-Marc Tremblay, dans l'annonce télé du Commensal, c'est au fond être omnivore en mangeant moins souvent des produits animaux, point final. Ce n'est pas une philosophie distincte ou un concept qui tienne vraiment la route. Ce n'est qu'un néologisme, un concept qui permet à certains d'avoir le beurre (de soya) et l'argent du beurre, de pouvoir faire un choix de vie qui leur donne bonne conscience, sans vraiment faire ce choix.

Par exemple, j'aime bien la viande, mais je me suis assuré depuis longtemps que le menu familial comporte des plats végétariens de façon régulière. Est-ce que ça fait de moi un flexitarien? Permettez-moi de rigoler un brin. Je suis omnivore, un point c'est tout. J'aurais du mal à accepter l'idée que la fréquence à laquelle on mange de la viande ou le type de viande qu'on mange est véritablement une distinction philosophique valable.

En ce sens, un point de distinction parfois donné par certains flexitariens: le type de produits carnés qu'ils accepteront de consommer. Le menu flexitarien du Commensal comporte des crevettes, du crabe et du poulet "dont on connaît l'origine". Bravo pour la traçabilité, mais pour le choix des trois produits, je ne comprends pas trop le principe. Pourquoi du poulet mais pas de veau ou de cerf de Boileau? Sur le plan éthique, une fois qu'on tue des animaux pour les manger, le type d'animal fait-il vraiment une différence? La crevette est-elle plus acceptable parce qu'elle n'est pas mignonne et sympathique comme un agneau? Est-ce plutôt l'argument santé? Si oui, pourquoi pas du maquereau de la Côte-Nord? Y a-t-il des oeufs et du fromage sur le menu - des options qui évitent d'abattre des animaux? Tout cela m'apparaît un peu brouillon.

Enfin?

Ceci dit, le truc qui m'a finalement amené à écrire ce billet, c'est une autre citation de cette fameuse pub ou le président de Commensal nous dit à quel point son menu est "mmm". Moi, la citation m'a plutôt fait faire un "hum" bien dubitatif: « Les végétariens peuvent enfin inviter des non-végétariens chez Commensal et partager avec eux une belle et bonne table. » Pardon?

Si j'ai mis le mot "enfin" en caractère gras, c'est que le président Tremblay met fortement l'accent sur ce mot, dans sa publicité. Comme si en passant au menu flexitarien, la chaîne venait de mener à bien une grande libération alimentaire. Pourquoi diable un végétarien n'aurait-il pas pu inviter un non-végétarien chez Commensal, avant le virage flexitarien? Les non-végétariens doivent-ils absolument avoir des produits animaux dans tous leurs repas? Il me semble bien que non, et qu'il y aurait eu d'autres moyens d'attirer les non-végétariens chez Commensal sans avoir à servir de la viande.

Quoi qu'il en soit, soyons clair sur un truc: Commensal n'a pas fait le choix de passer au flexitarisme à cause d'un grand chemin de Damas alimentaire. Dieu ne leur est pas apparu pour dire que l'on pouvait désormais manger des crevettes. Il s'agit d'une entreprise comme une autre, qui a décidé de ratisser plus large, tout simplement. L'avenir leur donnera peut-être raison, en termes de revenus et de profits. Pour le reste, disons que c'est moins clair.

13 commentaire(s)

Isabelle dit :
3 novembre 2012 à 11 h 46 min

Merci pour votre point de vue équilibré, qui ne tombe pas dans les clichés habituels sur les végétariens et végétaliens. Ça fait du bien!

Pour ajouter à votre dernier argument: non seulement nous amenions déjà nos amis omnivores au resto, mais selon Commensal eux-mêmes, 95% de leur clientèle n'est pas végétarienne. Alors comment ça on peut *enfin* y amener nos amis omni??? Je les boycotte maintenant, pas tant pour la présence de viande que parce qu'une entreprise qui ment ou qui utilise son marketing de façon malhonnête ne mérite pas mon argent.

Isabelle dit :
3 novembre 2012 à 12 h 56 min

J'ajouterais que la principale raison pour laquelle nous désertions déjà progressivement cette chaîne avant l'annonce, c'est que la tendance chez les végétariens est le végétarisme strict ou même le végétalisme (pas de produit animal tout court, donc pas de lait ou d'oeufs non plus). Comme une grande partie des mets chez Commensal sont gratinés, on manquait déjà de choix! Pour citer l'excellente Élise Desaulniers, un resto santé où le tiers des plats sont gratinés, c'est comme un club de yoga avec section fumeurs...

Katherine Baker dit :
3 novembre 2012 à 14 h 16 min

Merci pour votre tres bon article; cependant, je dois vous contredire., La production d'oeufs et de fromage implique aussi l'abattage des animaux. La vache qui doit subir des grossesses répétées pour produire assez de lait pour les humains et qui est abattue au bout de 5 ans, le veau qui est séparé de sa mère presque apres sa naissance pour être ensuite abattu lui aussi, les poussins mâles qui sont broyés (souvent vivants) pour s'en débarrasser, pour assurer une rentabilité maximale, etc. Je suis moi-même végétalienne depuis 1979 et j'ai souvent fréqenté le Commensal et acheté ses produits depuis le début des années 1980. Je me joins au mouvement de boycottage, me sentant trahie par ce virage si regressif et peu respectueux de sa clientele de base et des valeurs mêmes que sous-entend le végétarisme.

Katherine Baker dit :
3 novembre 2012 à 15 h 38 min

J'abonde dans le même sens qu'Isabelle. J'y ai souvent amené des amis omnivores qui appréciaient beaucoup ce restaurant tel qu'il était, sans viande, volaille ou poisson et leurs dérivés. Fait a noter : de plus en plus de végétariens deviennent végétaliens, soit pour diminuer la souffrance animale, soit pour améliorer leur santé ou pour freiner des dommages a l'environnement causés par l'élevage des animaux pour la consommation humaine a grande échelle. On peut comme moi épouser le végétalisme pour toutes ces raisons, l'une n'excluant pas l'autre. Malheureusement, ce restaurant n'a pas suivi cette clientele . Beaucoup de ses plats contiennent des oeufs, du fromage et du beurre - pourtant facile a éviter - et il y a un manque flagrant de choix de desserts végétaliens depuis des années. Ce restaurant aurait pu faire peau neuve et améliorer ces lacunes au lieu de chasser sa clientele de base. Belle façon de les remercier...

Rémy Charest dit :
3 novembre 2012 à 15 h 53 min

Merci de vos commentaires. Je pense en effet qu'une entreprise voulant rester alignée sur ses valeurs originelles aurait pu trouver des moyens de rendre son offre végétarienne plus attirante pour une plus vaste clientèle, plutôt que de simplement se tourner vers un plus petit dénominateur commun. Même en élargissant le menu, on aurait pu dire que l'on voulait essayer d'attirer une plus large clientèle vers la cuisine végétarienne, plutôt que de faire comme si de rien n'était.

Belle dit :
3 novembre 2012 à 16 h 46 min

Merci pour cet excellent article! Vous décrivez d'une façon très vraie et juste la raison pour laquelle les végés sont si déçus de cette mauvaise décision de Commensal et pourquoi ils ont raison de l'être. Merci d'avoir parlé de cette raison stupide de Commensal disant que ''enfin'' on pourra y amener nos amis non-végétariens..comme s'il était interdit d'amener un omnivore dans un restaurant végé! Voyons dont! Vous avez très bien expliqué le fond de ma pensée... qu'est-ce que cette mentalité qu'ont les gens de se dire que si ce sont des plats sans viande qui sont servis, ils n'y iront pas?!?! Que ce soit par respect envers les animaux, pour l'environnement ou pour sa santé, toutes les raisons sont bonnes de s'intéresser au végétarisme! Je suis tannée d'entendre dire que nous sommes des extrémistes alors que nous sommes des gens sensibilisés qui ont du coeur et de la compassion! Il est tout à fait normal que nous ayons envie de faire part de notre mécontentement face à la décision de ce restaurant! Et à tous ceux qui diront (comme on m'a dit ce matin): '' Respectez ceux qui ont le gout d'en manger de la viande!'' et bien moi je vous dis '' Vous avez déjà au minimum 99% des restaurants du Québec qui ne sont pas végétariens, ça ne vous suffisait pas??? '' Je suis également 100% d'accord avec les points de Katherine et Isabelle ayant écrit plus haut. Le Commensal aurait pu se tourner vers le végétalisme à la place et le présenter d'une manière intéressante et attirante! Car je tiens à préciser que les recettes que nous, les végétaliens, préparons et dégustons, contrairement à ce que les gens pensent, ce sont des mets qui ne sont pas compliqué, qui sont très diversifiés et savoureux! Le commensal prétend avoir ''évolué" mais pour moi malheureusement, il a régressé... je suis tout simplement déçue...

Jean L. Hudon dit :
3 novembre 2012 à 18 h 34 min

Probablement que cette décision est économique, est-ce que les végétariens suffisent à rentabiliser ce resto, ce n,est pas un OSBL, donc s'ils ont pris cette décision, c'est peut-être une question de survie.

patricia tulasne dit :
3 novembre 2012 à 18 h 39 min

bravo pour votre excellent article, ayant surtout le mérite de ne pas nous faire passer, nous les végés! pour des illuminés. Pour votre info, sachez que le Commensal servait déjà des mets avec du fromage et des oeufs, ce que nous tolérions même si nous aurions préféré un virage végétalien. En effet, l'industrie des oeufs en batterie est une chose abominable, et les poules pondeuses finissent complètement usées après quelques années dans les cubes de bouillon de poulet. Quant à l'industrie laitière, elle comporte aussi sa part de cruauté. De plus, le fromage contient de la présure, une enzyme prélevée dans l'estomac du veau. Un virage végétalien, qui est la véritable tendance, aurait donc mieux convenu qu'un virage flexitarien. Avouons que proposer de la viande à des carnivores qui allaient au Commensal pour s'en passer le temps d'un repas ( 95% de la clientèle, d'après M. Tremblay), relève de l'absurde. Innover dans les menus, rendre le tout attrayant, s'inspirer de la cuisine végétarienne internationale, que d'avenues le Commensal aurait pu prendre pour respecter sa différenciation, au lieu de devenir un restau comme les autres....A quand le foie gras au Commensal, puisque bientôt les clients vont sans doute le demander?

Carolyn dit :
3 novembre 2012 à 21 h 31 min

merci pour cette article! vous avez bien compris nos frustrations et tristesse par cette decision. comme on dit en anglais, "you hit the nail on the head." j'ai entendu plusieures personnes disent que la decision etait pour la survie du restaurant. huh? quand je vas a l'expo sante, commensal a le premier kioske a l'entrer...il faut payer pour ca. de l'argent pour fair toute cette nouvelle marketing, ca viens pas d'une entreprise en crise. meme quand j'etait aller manger dans le milieu de l'apres-midi, il y avait assez de tables remplis. je suis d'accord avec ceux qui ont suggere qu'ils auraint du tout simplement ameliorer le menu...avec du tempeh, des creation de proteines vegetales, un meilleur vegepate qui n'est pas sec comme le papier a carton. a mon avis, c'est un decision lache...ils etaient en arriere des innovations vegetariens/vegetaliens, et les nouveaux proprietaires ne sont pas veges, alors c'est plus facile de partager la commande de viande entre commensal et les restaurants pucini, ou meme envoyer des leftovers de pucini, car commensal se dit que les viandes ne sont pas cuits sur place.

Jean-Christophe dit :
4 novembre 2012 à 4 h 38 min

Un grand merci pour cet article! Je suis végétalien et malgré le fait que je souhaite que l'industrie animale disparaisse un jour, je dois dire qu'en attendant, je suis bien heureux lorsque quelqu'un n'est pas végétarien ou végétalien mais comprend tout de même les idées et enjeux de base liés à cette cause et a suffisament d'humilité pour admettre que cette cause peut être quelque chose de bien. Chacun fait ce qu'il ou elle peut pour les différentes cause éthiques (environnementales, violence envers les femmes ou les enfants, pauvreté, droit des animaux, etc.), si les articles comme celui-ci pouvaient défaire certaines préjugés et aider à ce que ce type de cause puisse être au moins reconnue comme n'étant pas quelque chose de mal ou de ridicule, c'est déjà un grand pas de fait.

Maryse dit :
4 novembre 2012 à 13 h 40 min

Finalement ce ne sera peut-être pas mauvais du tout ce changement dans le sens que cela peut laisser la porte ouverte à des gens qui sont profondément engagé dans le respect VRAI de ce mode d'alimentation. Hé les filles de Rivière Rouge OÙ ÊTES-VOUS DONC...ce sont des filles qui avait un restaurant VÉGÉTALIEN formidable..

Mlle Pigut dit :
5 novembre 2012 à 5 h 19 min

Merci et bravo pour cet article ! Et je vous rejoins : pourquoi un végétarien n'aurait-il pas pu inviter un non végétarien au Commensal avant le "flexitarisme" de ce dernier ? C'est absurde.

M Beg dit :
10 novembre 2012 à 14 h 39 min

Excellent article et commentaires très pertinents. Je souhaiterais ajouter que je ne comprends pas la décision du nouveau propriétaire du Commensal et que l'annonce qu'il fait pour justifier son virage vers le "flexitarisme" ait un ton aussi condescendant envers les végétariens. Il me semble que le préjugé de "granolas" et de "brouteux d'herbe" comme il semble le mentionner avec une pointe d'ironie dans son annonce, ne reflète plus l'ensemble des gens qui ont décidé de faire un virage santé et éthique. Par ailleurs, le nouveau resto de la bannière, Commensal et CIE à Boucherville, étant omnivore, pourquoi ne pas avoir, à la limite, décidé de partir une bannière parallèle à celle des restos Commensals? Pourquoi souhaiter absolument que l'ensemble des restos devienne omnivore? Pourquoi enlever cette option aux végétariens? Aussi, en fera-t-il de même avec les produits dérivés? Est-ce qu'ils deviendront eux aussi "flexitariens"? Étant végétalienne, j'ai moi aussi décidé de boycotter le Commensal et je connais beaucoup de mes amis "omni" qui font de même, par solidarité et par principe. J'espère que le nouveau propriétaire du Commensal aura l'intelligence de faire marche arrière... mais je pense que je lui en demande trop!