/news/currentevents
Navigation
gangs de rue

Retour au Far-West

Ottawa coupe les vivres aux escouades de lutte aux gangs de rue

Retour au Far-West

Coup d'oeil sur cet article

Le crime organisé québécois a déjà reçu son cadeau de Noël : Ottawa cessera de financer la brigade Éclipse, de la police de Montréal (SPVM), et les quatre autres escouades de lutte aux gangs de rue de la province, dont la survie est menacée.

Le crime organisé québécois a déjà reçu son cadeau de Noël : Ottawa cessera de financer la brigade Éclipse, de la police de Montréal (SPVM), et les quatre autres escouades de lutte aux gangs de rue de la province, dont la survie est menacée.

Le Journal a appris que le ministre fédéral de la Sécurité publique, Vic Toews, en a fait l’annonce à ses homologues provinciaux, malgré leur désaccord, lors d’une réunion à Regina, le 31 octobre.

Comme c’était jour de rentrée parlementaire à l’Assemblée nationale, le ministre Stéphane Bergeron était absent de cette rencontre.

92 millions $ en 5 ans

Au printemps 2008, alors que Montréal était le théâtre d’une vague de fusillades entre membres de gangs de rue rivaux, Ottawa a consenti une subvention de 92,3 millions $ au gouvernement québécois, étalée sur cinq ans, pour aider les policiers à réprimer cette violence.

Ce «fonds de recrutement» — par lequel les forces de l’ordre du pays ont reçu 400 millions $ — a mené à la création du groupe Éclipse, formé de 40 policiers du SPVM, et des Escouades régionales mixtes (les ‘ERM’, où font équipe des policiers de la SQ, des sûretés municipales et de la GRC) de lutte aux gangs de rue à Laval, Longueuil, Gatineau et Québec.

La subvention du fédéral à ces brigades spécialisées vient à échéance en mars 2013 et le gouvernement Harper «ne prévoit pas renouveler ce financement ponctuel», a réitéré hier un porte-parole de Sécurité publique Canada, Jean-Paul Duval.

« Le besoin est encore là »

Le directeur adjoint du SPVM, Pierre Brochet, a concédé au Journal qu’«il est certain que cela peut mettre en péril la survie du groupe Éclipse», puisque le budget sera amputé de 8,7 millions $ par année.

Le numéro 2 du SPVM a rappelé l’importance du «travail de première ligne» de ces policiers qui «préviennent que des affrontements violents surviennent dans la rue».

«Le besoin est encore là puisqu’il y a beaucoup d’instabilité au sein de la mafia et des gangs de rue, a-t-il insisté. Ces policiers se sont bâti une réputation auprès des criminels et du noyau dur du crime organisé, en allant sur leur terrain de jeu, au centre-ville, dans les bars. Ils les observent, les enquêtent, les arrêtent. Ils servent de fil conducteur pour nos unités d’enquêtes, pas seulement au sujet des gangs de rue, mais aussi de l’ensemble du crime organisé et de toute criminalité violente.»

Mince espoir

Incidemment, l’état-major du SPVM doit présenter, ce matin, son plan budgétaire 2013 aux élus siégeant à la Commission de la sécurité publique de la Ville.

«On a informé le comité exécutif qu’on tentera de trouver des solutions. Mais on garde espoir que le gouvernement va nous permettre de continuer à compter sur Eclipse», a dit le directeur adjoint Brochet.

Commentaires