/lifestyle/health
Navigation
sur ordonnance

Traiter la carence en vitamine B12

Traiter la carence en vitamine B12
Photo fotolia Avec toutes les vertus de la vitamine B12 qu’il contient, il n’est pas étonnant que le lait soit une excellente source de réconfort.

Coup d'oeil sur cet article

La vitamine B12 est surnommée la «vitamine rouge» et son vrai nom est cobalamine, car elle contient du cobalt. Elle est essentielle au fonctionnement du cerveau, du système nerveux et à la formation du sang. Un groupe de chercheurs a découvert, vers 1920, qu’on pouvait traiter l’anémie pernicieuse causée par un manque de vitamine B12 avec des extraits de foie. Cette découverte leur a valu le prix Nobel de médecine en 1934.

La vitamine B12 est surnommée la «vitamine rouge» et son vrai nom est cobalamine, car elle contient du cobalt. Elle est essentielle au fonctionnement du cerveau, du système nerveux et à la formation du sang. Un groupe de chercheurs a découvert, vers 1920, qu’on pouvait traiter l’anémie pernicieuse causée par un manque de vitamine B12 avec des extraits de foie. Cette découverte leur a valu le prix Nobel de médecine en 1934.

Les sources principales de vitamine B12 sont la viande, le poisson, les crustacés, le lait et les œufs. Jusqu’à récemment, on était convaincu que la seule façon efficace de combler une déficience en vitamine B12 était de l’administrer en injection intramusculaire, mais plusieurs études ont montré qu’on peut aussi la prendre efficacement sous forme de comprimés. Ce qui est plus pratique.

L’étonnant parcours de la vitamine B12

La vitamine B12 se retrouve dans le repas qu’on vient de manger. Une fois dans l’estomac, l’acide gastrique et la pepsine permettent d’extraire la vitamine B12 de la nourriture. Elle est alors transportée dans le petit intestin où elle doit se fixer au «facteur intrinsèque». La vitamine B12 attachée au facteur intrinsèque poursuit son péri­ple et est trans­portée dans les cellules puis dans la circulation sanguine. Une panne à n’importe quel niveau de ce parcours, et l’absorption de la vitamine B12 diminue.

Quand on en manque

L’anémie causée par un manque de vitamine B12 s’installe lentement et sournoisement. Fatigue, essoufflement, perte d’appétit et de poids ainsi que des engourdissements, de la difficulté à marcher peuvent en être certains indices. Un adulte en bonne santé peut manquer de vitamine B12 s’il ne mange pas de viande. Les végétariens et les végétaliens sont donc plus à risque. On observe aussi que les personnes âgées sont particulièrement susceptibles de développer une anémie pernicieuse. On attribue ce plus grand risque au fait qu’elles ont souvent une diminution naturelle de production d’acide dans l’estomac. Cet acide est nécessaire à la bonne absorption de la vitamine B12. La prise de certains médicaments contre l’acidité ou contre le reflux gastrique peut aussi, en diminuant l’acidité de l’estomac, augmenter les risques de caren­ce en vitamine B12.

De l’injection au comprimé

Pendant longtemps, on a été convaincu que la seule façon de permettre l’absorption de la vitamine B12 était de court-circuiter le système digestif et de l’administrer en injection. De nombreuses études récentes ont montré que la vitamine B12 pouvait être absorbée en comprimés à condition de donner des doses d’au moins 500 µg, mais de façon plus sécuritaire entre 1000 et 2000 µg par jour. Elle est ainsi plus facile à prendre et très bien tolérée. Certaines personnes doivent néanmoins la recevoir en injection, comme les personnes chez qui le médecin diagnostique une carence avancée en vitamine B12 pouvant causer un trouble neurologique, ou chez celles qui souffrent de diarrhées ou de vomissements chroniques, ou encore qui ont subi une résection d’une portion de l’intestin. Mais pour la plupart des gens, la prise sous forme de comprimés à la bonne dose permet de combler les besoins en cette vitamine indispensable.

En vaporisateur nasal

Aux États-Unis, mais pas encore au Canada, on vient de commercialiser une forme de vitamine B12 en administration intranasale sur ordonnance.

Au Québec

Ici, les suppléments de vitamine B12 sont considérés comme des suppléments diététiques et, à ce titre, ils peuvent présenter de grandes variations d’absorption. Il faut donc utiliser les formes qui ont reçu, de Santé Canada, un Numéro de produit naturel (NPN), qui est inscrit sur l’étiquette du flacon. Ce NPN confirme que les produits ont été testés et sont de bonne qualité. Ce sont ceux que votre pharmacien utilise.

L’adhésion au traitement

La prise de suppléments de vitamine B12 en comprimés est plus simple. Elle permet d’éviter l’inconfort d’une injection intramusculaire et le recours à du personnel médical pour l’injection. Il est toutefois important que vous preniez des comprimés de vitamine B12 régulièrement, car le traitement de l’anémie pernicieuse chez la personne âgée est généralement nécessaire pour toute la vie.

Commentaires