/sports/football/alouettes
Navigation

Avantage Alouettes

Avantage Alouettes
photo d’archives La ligne à l’attaque a offert une excellente protection à Anthony Calvillo, cette saison.

Coup d'oeil sur cet article

On ne cesse de répéter que le football est un jeu axé sur la stratégie. Ce que l’on semble oublier, c’est que tous les jeux commencent par un bloc et se terminent par un plaqué.

On ne cesse de répéter que le football est un jeu axé sur la stratégie. Ce que l’on semble oublier, c’est que tous les jeux commencent par un bloc et se terminent par un plaqué.

Dans le jargon du football, c’est ce que l’on appelle les fondamentaux. Des techniques de base que l’on apprend au niveau pee-wee et qui sont valables même chez les professionnels.

Dans la finale de l’Est qui oppose, aujourd’hui, les Argonauts aux Alouettes, on retrouvera deux défenses combatives. Deux défenses qui sont conscientes de la pression à appliquer sur le quart adverse pour éviter d’être découpée en morceaux.

Cependant, lorsque la stratégie commande le blitz, il faut envoyer beaucoup de ressources vers le quart, ce qui se traduit par une couverture beaucoup moins serrée. Voilà où les fondamentaux entrent en ligne de compte. Les demis n’ont pas le droit de rater leurs plaqués sans quoi, ils permettront à l’adversaire de réaliser des longs jeux.

Je prédis une victoire de 31 à 21 en faveur des Alouettes. Et voici pourquoi, en cinq points.

L’ATTAQUE

Il est bien évident que les deux formations comptent sur un grand quart. Chacune est équipée pour marquer des points. Si mon choix bascule du côté des Alouettes, c’est à cause de la ligne à l’attaque. Miser sur un excellent quart ne sert à rien si personne n’est en mesure de le protéger.

La ligne offensive des Alouettes est celle qui a offert la meilleure protection au cours de la saison. Elle s’est classée au premier rang pour les sacs accordés. Par conséquent, la mission s’annonce difficile pour la défense des Argonauts qui a terminé au dernier rang pour les sacs réussis.

De plus, trois porteurs de ballon des Alouettes ont affronté les Argos cette saison. Chacun a connu sa part de succès, ce qui est également attribuable à la solidité de la ligne offensive montréalaise.

LA DÉFENSE

Si la ligne défensive des Argonauts n’est pas parvenue à se faire justice au cours de la saison, leurs demis défensifs ont fait tout un travail. Les représentants de la ville-reine se sont classés deuxièmes dans la LCF avec 24 interceptions.

Quant à celle des Alouettes, elle nous a offert des performances en montagnes russes tout au long de la saison. On ignore de quel côté de la pente elle se trouvera cet après-midi.

Il ne faut pas négliger l’expérience du coordonnateur défensif, Chris Jones. D’ailleurs, à sa dernière visite au Stade olympique, avec Calgary en 2008, les Stampeders avaient battu les Alouettes. La défense avait eu son mot à dire en interceptant Anthony Calvillo à deux reprises au quatrième quart.

LES UNITÉS SPÉCIALES

En ce qui a trait aux unités spéciales, il apparaît difficile de ne pas donner l’avantage aux Argonauts avec Chad Owens dans l’alignement.

Cependant, face aux Alouettes, l’Hawaïen n’a pas réalisé de grands exploits. D’ailleurs, ceux qui ont suivi mes chroniques seront surpris de voir que je ne fais pas de maître dans cette facette du jeu.

Il ne faut pas oublier que les Argos ont alloué cinq touchés sur des retours de botté cette saison, dont celui de Trent Guy inscrit à la suite d’un botté de placement raté.

L’ENTRAÎNEUR

Concernant les entraîneurs, je n’ai d’autre choix que de favoriser Marc Trestman. Il s’agira de sa quatrième finale de l’Est. Étape au cours de laquelle il est toujours invaincu.

Scott Milanovich en est à sa première présence. On ignore de quelle façon il réagira.

On décrit cette confrontation comme étant celle de l’élève qui se mesure au maître. Justement, puisque Trestman est l’architecte du système que les deux hommes utilisent, il en connaît tous les recoins. Ce qui n’est peut-être pas le cas de son dauphin.

LES IMPONDÉRABLES

Aujourd’hui, cette catégorie sera une facette des plus importantes. Évidemment, avec 50 000 bruyants partisans et une semaine de congé qui a permis aux Montréalais de recharger les piles et de préparer des stratégies inédites, les impondérables vont clairement du côté des Alouettes.

Leurs trois dernières victoires en finale de l’Est prouvent l’efficacité des Alouettes lorsque ces conditions sont réunies.

En 2008, ils l’ont emporté par 10 points contre Edmonton. L’année suivante, ils ont eu le meilleur par 36 points contre les Lions. Finalement, en 2010 ils ont eu le dessus par 31 points contre Toronto.

Par ailleurs, j’ai bien hâte de voir quel sera le pointage après le premier quart. Pointage qui pourrait en dire long sur le reste de la rencontre.

Il est certain que les Argos, qui ont remporté leurs trois derniers matchs, sont arrivés à Montréal gonflé à bloc. En plus, ils s’amènent avec Ricky Ray, un quart qui leur permet de rêver aux grands honneurs.

De leur côté, les Alouettes ont profité d’un congé. Seront-ils rouillés? Si je me fie à leurs deux dernières finales de l’Est, ça ne devrait pas être le cas. En 2009, ils menaient 17 à 3 contre les Lions. En 2010, ils dominaient les Argonauts 17 à 0.

Je prédis une victoirre de 31 à 21 des Alouettes
Commentaires