/lifestyle/health
Navigation

Le diabète, cette maladie sournoise

Le diabète, cette maladie sournoise
photo fotolia Le processus par lequel le corps transforme le glucose en énergie est déficient chez les diabétiques. Ce dysfonctionnement, s’il n’est pas traité, peut entraîner une multitude de complications et parfois même certains cancers.

Coup d'oeil sur cet article

La journée de mercredi dernier était consacrée à cette maladie qui affecte plus de 750 000 Québécois, dont près du quart ignorent qu’ils en sont affectés. Au Québec, un lit sur cinq est occupé par une personne qui en souffre et, d’ici 15 ans, si rien ne change, le nombre de personnes attein­tes aura presque doublé.

La journée de mercredi dernier était consacrée à cette maladie qui affecte plus de 750 000 Québécois, dont près du quart ignorent qu’ils en sont affectés. Au Québec, un lit sur cinq est occupé par une personne qui en souffre et, d’ici 15 ans, si rien ne change, le nombre de personnes attein­tes aura presque doublé.

Une maladie implacable qui, lorsqu’elle nous affecte, est là pour rester, car le diabète est une maladie chronique. Lorsqu’on devient diabétique, c’est pour le reste de nos jours. Trop souvent, la maladie entraîne de graves complications, parmi lesquelles: des maladies du système nerveux, l’insuffisance rénale, des infections graves, des maladies cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux, des troubles de la vision, dont la cécité, le dysfonctionnement érectile et certains cancers comme ceux du pancréas ou de l’utérus.

LE DIABÈTE

Le glucose est un carburant nécessaire à l’organisme. Il est fourni par les aliments riches en glucides que nous consommons et par le foie qui l’emmagasine après un repas et, au besoin, en libère dans le sang. Pour que les cellules puissent utiliser cette source d’énergie, le pancréas produit une hormone, l’insuline, qui permet au glucose de passer du sang aux cellules. Lorsque cette opération ne s’accomplit pas, le glucose demeure dans le sang. C’est cet état qu’on qualifie de diabète.

Quelque 10 % des diabétiques souffrent du diabète de type 1, qui fait en sorte que le corps ne produit pas ou peu d’insuline et atteint principalement les enfants et les jeunes adultes. Pour vivre, ces personnes dépendent obligatoirement d’injections quotidiennes d’insuline.

Le diabète de type 2, le plus fréquent – pour près de 90 % des diabétiques – apparaît lorsque le corps devient résistant à l’insuline.

L’hérédité peut être un facteur de l’apparition du diabète, toutefois, la plupart du temps, un mode de vie inadéquat est en cause. Une mauvaise alimentation composée de nourriture trop grasse ou trop sucrée entraîne généralement le surpoids puis l’obésité. C’est la première cause du diabète de type 2. L’inactivité physique et le tabagisme participent également à l’apparition de la maladie, de même que l’hypertension ou un taux élevé de cholestérol.

Si vous éprouvez l’un ou plusieurs des symptômes décrits dans l’encadré ci-contre, n’attendez pas, consultez sans tarder. Le plus tôt le diabète sera diagnostiqué, le plus vite vous serez à même de le gérer et d’éviter les graves complications qui peuvent en résulter.

Si vous n’éprouvez aucun des symptômes décrits, méfiez-vous tout de même! Le diabète est parfois sournois et vous pouvez être atteint du diabète sans aucun signe ou symptôme apparent. Si vous avez plus de 45 ans, vous devriez subir un test de dépistage du diabète tous les trois ans, voire plus fréquemment si vous êtes obèse, séden­taire, fumeur ou si vous avez un parent diabétique.

 

Commentaires