/news/currentevents
Navigation
crime organisé

La mafia migre vers Laval

La mafia  migre vers Laval
photo d’archives De la désormais mythique rue Antoine-Berthelet, à Montréal, les mafieux ont migré à Laval, dans les quartiers les plus luxueux et ils se réunissent toujours dans les cafés, comme le café Bellerose, qui remplace le célèbre café Consenza.

Coup d'oeil sur cet article

Si les Lavallois croyaient être débarrassés de tous leurs problèmes avec le départ du maire Gilles Vaillancourt, ils devront se raviser : les plus influents acteurs de la mafia italienne de Montréal ont récemment déménagé à Laval, ce qui pousse la police à sortir l’artillerie lourde.

Si les Lavallois croyaient être débarrassés de tous leurs problèmes avec le départ du maire Gilles Vaillancourt, ils devront se raviser : les plus influents acteurs de la mafia italienne de Montréal ont récemment déménagé à Laval, ce qui pousse la police à sortir l’artillerie lourde.

Pas moins d’une quarantaine de gros noms de la mafia italienne ont élu domicile à Laval, au cours des 12 à 18 derniers mois, a appris le Journal de Montréal de sources policières.

Pour la police de Laval, la situation est devenue un enjeu «préoccupant», «de loin le plus important», a confié le chef de police Jean-Pierre Gariépy, lors d’une récente entrevue au Journal.

Les changements intriguent les forces de l’ordre, qui prennent le taureau par les cornes pour assurer la quiétude des Lavallois. (Voir autre texte)

Les ligues majeures

Les policiers observent la situation d’un œil attentif. Difficile pour le moment d’expliquer ce qui amène les mafieux sur l’île de Laval, et de préciser s’ils y font plus de business. Chose certaine, ils sont plus nombreux à y demeurer.

Questionné à ce sujet lors d’une récente entrevue au Journal, le chef de police de Laval Jean-Pierre Gariépy a parlé de la «mutation du crime organisé italien vers Laval», et a indiqué que «c’est la ligue nationale qui est rendue ici».

Quartiers luxueux

Plusieurs d’entre eux ont choisi de s’établir dans les quartiers les plus luxueux de la ville, comme Val-des-Brises, au nord du pont Pie-IX, ou encore le secteur huppé du quartier Sainte-Dorothée, en bordure de la rivière des Prairies, a appris le Journal.

Le café-bar Laennec, où les mafieux de la nouvelle génération avaient établi leur quartier général et où la police avait caché micros et caméras pour les espionner lors de l’enquête baptisée Colisée, est pour sa part fermé.

Mais les soldats de la mafia ont tôt fait de trouver d’autres cafés où se rencontrer dans le quartier Duvernay, ces ­endroits attirent l’attention des forces de l’ordre, en raison de la présence remarquée de ces mafiosi, comme c’était le cas du célèbre café Consenza, à Montréal.

Cafés italiens

Parmi ceux-ci, le café Bellerose, dont le stationnement avait été le théâtre de l’assassinat d’un collecteur de fonds du clan Rizzuto, Ennio Bruni, en septembre 2010.

Un second café, sur le boulevard des Laurentides, est aussi un lieu d’intérêt pour la police.

Même des enfants des anciens dirigeants de la mafia ont choisi Laval : ils sont propriétaires de trois châteaux situés l’un à côté de l’autre, dans un quartier qui borde la rivière des Prairies.

Il s’agit de la fille de Vito Rizzuto, de la veuve de son frère, Nick Rizzuto Jr, assassiné en décembre 2009, ainsi que leur cousine, fille de Paolo Renda, ancien consigliere de la famille.

Il appert ainsi que les enfants des chefs de la mafia italienne de Montréal reproduisent les vieilles habitudes de leurs parents, qui s’étaient établis côte à côte sur la mythique rue Antoine-Berthelet, dans le chic bois de Saraguay.

L’une de ces maisons est celle où le patriarche, Nicolo Rizzuto Sr a été abattu. Une autre était habitée par son fils Vito et est aujourd’hui à vendre. Une troisième était habitée par le consigliere Paolo Renda, jusqu’à son enlèvement, en mai 2010.

Commentaires