/sports/football
Navigation

Un réel chef-d’œuvre

Un réel chef-d’œuvre
photo agence QMI, Michael Peake La défensive du Rouge et Or a malmené le quart des Marauders de McMaster, vendredi, lors de la finale de la Coupe Vanier.

Coup d'oeil sur cet article

Quelle performance le Rouge et Or nous a offerte vendredi! Même une fois l’émotion retombée, lorsqu’on prend du recul et qu’on prend le temps d’analyser le match, on constate que Laval a dominé dans toutes les facettes de cette rencontre.

Quelle performance le Rouge et Or nous a offerte vendredi! Même une fois l’émotion retombée, lorsqu’on prend du recul et qu’on prend le temps d’analyser le match, on constate que Laval a dominé dans toutes les facettes de cette rencontre.

La domination qui saute le plus aux yeux est celle qui a eu lieu dans les tranchées. Toute la semaine, on a répété que la tenue de la ligne offensive et l’attaque au sol seraient déterminantes.

Or, le Rouge et Or a répondu à l’appel haut la main.

Et ce, bien qu’il présente une ligne à l’attaque relativement jeune avec deux recrues, deux joueurs de deuxième année et un vétéran de trois saisons.

L’attaque de l’Université Laval a gagné 371 verges au sol.

Un nombre attribuable à une domination complète sur la ligne d’engagement.

En tant qu’ancien joueur de ligne offensive, je salivais en décrivant le match. Une performance de rêve pour ces gros bonshommes.

Ici, le terme «gros bonhomme» n’est pas une métaphore. La mensuration moyenne des joueurs de ligne offensive de Laval se situe à 6 pi 4 po et 297 lb. À titre de comparaison, celle des Alouettes se situe à 6 pi 4 po et 306 lb.

De la visite pour Quinlan

Que dire de la performance de Maxime Boutin? Tout simplement solide. Le porteur de ballon de 5 pi 9 po et 185 lb a touché au ballon à 24 reprises, taillant en pièce la défense adverse pratiquement chaque fois.

Dans la bataille inversée, le Rouge et Or a réussi sept sacs aux dépens de Kyle Quinlan.

En huit matchs au cours de la saison régulière, le quart de McMaster n’avait été rejoint qu’à 23 reprises derrière la ligne de mêlée.

La défense québécoise a ainsi pu l’affecter. Ce qui s’est traduit par deux interceptions, le même nombre d’interceptions dont avait été victime Quinlan tout au long de la saison.

Il n’y a pas que Quinlan qui a été perturbé. Le Rouge et Or a également imposé sa loi en réalisant les plaqués et les blocs les plus percutants.

Stratégies et Positionnement

Impossible de passer sous silence l’aspect stratégique de la rencontre. Encore une fois, le Rouge et Or a été dominant. Et ce, dans les trois facettes du jeu.

On n’a qu’à penser au jeu truqué du troisième quart, qui a fait basculer l’avance du côté de Laval, et aux blitz déployés avec deux joueurs du côté du porteur de ballon, que McMaster n’a jamais été en mesure de résoudre.

Les profonds bottés de Boris Bédé, appuyés d’une excellente couverture de botté, a empêché McMaster de bénéficier d’une bonne position sur le terrain tout au long du match.

Au football à trois essais, il est difficile de soutenir de longues séquences offensives durant 60 minutes.

Vraiment, cette septième coupe Vanier fut le résultat d’un réel chef-d’œuvre.

Le Rouge et Or a répondu à l’appel haut la main
Commentaires