/sports/hockey
Navigation
Ligue américaine

Jonathan Audy-Marchessault laisse sa marque à Springfield

audymarchessault
Photo courtoisie Jonathan Audy-Marchessault / Archives Jonathan Audy-Marchessault s'amuse avec les Falcons de Springfield.

Coup d'oeil sur cet article

Après un quart de saison dans la Ligue américaine de hockey, un seul Québécois se retrouve parmi les 10 meilleurs pointeurs du circuit : Jonathan Audy-Marchessault.

L'ancien attaquant des Remparts de Québec, qui porte maintenant les couleurs des Falcons de Springfield, club-école des Blue Jackets de Columbus, a récolté 19 points lors de ses 17 premières rencontres.

Bien qu'il se retrouve en tête des marqueurs de son équipe, devant les Cam Atkinson, Ryan Johansen, Matt Calvert et quelques autres joueurs qui ont joué dans la Ligue nationale, Audy-Marchessault se dit aucunement surpris.

«J'ai connu une bonne première saison chez les professionnels et je tenais à m'améliorer, a confié à la chaîne TVA Sports celui qui a récolté 64 points comme recrue, avec le Whale du Connecticut.

«C'était important pour moi de connaître un bon début de saison puisque je voulais prouver que ce n'était pas la chance du débutant. Plusieurs joueurs connaissent des difficultés lors de leur deuxième campagne, je me suis donc entraîné encore plus fort au cours de l'été pour éviter cette guigne.»

Jamais repêché par une équipe de la LNH en raison de son petit gabarit (5 pi 9 po, 180 lb), Audy-Marchessault joue au sein du premier trio des Falcons, en compagnie de Johansen, le meilleur espoir des Blue Jackets.

«Notre autre ailier a souvent changé, mais nous sommes toujours restés ensemble lui et moi, a indiqué le Québécois de 21 ans. Ryan est un très bon joueur et nous avons une belle chimie.

«Nous avons vraiment une bonne équipe à cause du lock-out. Quelques joueurs ne seraient pas à Springfield si ce n'était du conflit et c'est pourquoi nous sommes au sommet de notre section et que tout est permis en vue des séries éliminatoires.»

Une décision difficile

La décision de quitter l'organisation des Rangers de New York n'a pas été facile pour Audy-Marchessault, mais c'était la chose à faire pour le bien de sa carrière.

«Les Rangers ont toujours une bonne formation dans la LNH, a-t-il expliqué. Je me disais qu'en signant un contrat avec une équipe comme les Blue Jackets, les chances de réaliser mon rêve et de jouer avec les meilleurs étaient plus grandes.»

Plusieurs équipes ont démontré de l'intérêt envers Audy-Marchessault lors de la saison morte, mais pas le Canadien.

«C'est certain que j'aurais aimé ça recevoir de l'intérêt de leur part puisque je suis Québécois, mais en même temps, je considère tout simplement le Tricolore comme l'une des 30 équipes de la LNH.»

De leur côté, les Blue Jackets ont signifié leur intérêt envers Audy-Marchessault dès le 1er juillet, avec une offre de trois ans et près de 3 millions $.

«J'ai sauté sur cette occasion à pieds joints, a-t-il avoué. Je me suis adapté rapidement à la Ligue américaine et maintenant j'ai seulement hâte à la fin du lock-out pour démontrer que j'ai ma place à Columbus.»

 

Commentaires