/sports/hockey
Navigation
Hockey | États-Unis

La tradition à l'avant-plan

AFP_143238303
Photo Christian Petersen/Getty Images/AFP Patrick Kane

Coup d'oeil sur cet article

ANN ARBOR, Michigan – Le «Ice Cube» (cube de glace) est un bâtiment à l’allure inoffensif construit sur un terrain vague tout près de la cossue ville étudiante à l’ouest de Detroit, mieux connue comme le domicile de l’Université du Michigan.

La lettre «M», marque de commerce du Michigan, domine l’horizon ici. Elle est posée sur le toit de la majorité des édifices sur le vaste campus qui sert d’épicentre culturel et économique de cette communauté.

Dans cette ville, tradition et histoire sont à l’avant-plan.

Comme chez Gretzky

Dans le couloir qui mène vers la porte principale du «Ice Cube», juste derrière un logo de USA Hockey, est mis en évidence le riche héritage athlétique des Wolverines. Vous êtes dans la maison des équipes américaines de moins de 17 et 18 ans... et de beaucoup de trophées.

On se croirait au sous-sol de la résidence de Wayne Gretzky, à Brantford.

À droite de la porte se trouve la réception, là où trônent de scintillants trophées des victoires acquises par les équipes américaines de moins de 18 ans au cours des quatre dernières années. Des photos des vainqueurs célébrants sont posées au mur.

À gauche, on croise un hall rempli de cadres dans lesquels sont accrochés les chandails des équipes ayant pris part aux Championnats juniors et à d’autres compétitions internationales. Les médailles remportées lors de ces événements sont posées dans un coin. Dans l’autre, des photos d’anciens membres du programme évoluant désormais dans la Ligue nationale.

C’est un très long hall.

Depuis que le programme de développement de USA Hockey a vu le jour en 1996, pas moins de 200 de ses joueurs ont été sélectionnés par une équipe de la LNH. Cela inclus 45 choix de premier tour et trois premiers appelés : Patrick Kane, par les Blackhawks de Chicago en 2007; Erik Johnson, par les Blues de St. Louis en 2006; Rick DiPietro, par les Islanders de New York en 2000.

Pour l'honneur

Soixante diplômés du programme ont été repêchés par une équipe du circuit Bettman l’an dernier.

«Chaque jour, tu t’entraînes ici avec ton chandail des États-Unis. Ça représente quelque chose pour nous, c’est énorme, a confié Jack Eichel, un attaquant de 16 ans natif de North Chelmsford, au Massachusetts.

«Chaque jour quand tu viens ici, tu te rappelles les accomplissements de tous les joueurs qui sont passés avant toi, a expliqué Jack Glover, également âgé de 16 ans et originaire de Golden Valley, dans le Minnesota.

«Ça te pousse à te dépasser chaque jour. Tu veux aussi que tes accomplissements se retrouvent sur ce mur. Il n’y a pas de place au laisser-aller.»

 

Commentaires