/news/currentevents
Navigation
commerce | Noël

Crèches introuvables

Les géants tassent l’étable de l’enfant Jésus

Coup d'oeil sur cet article

Quatre magasins populaires à grande surface ne vendent plus la traditionnelle crèche de Noël qui se retrouve annuellement sous le sapin de milliers de familles québécoises.

Le mois de décembre est synonyme de décoration et de tradition de Noël pour des milliers de Québécois. Pour la première fois, il sera très difficile pour les croyants de se procurer une crèche afin de la poser sous l’arbre, près des cadeaux.

Gabriel Gervais, 23 ans, a parcouru près d’une dizaine de magasins à la recherche d’une crèche typique, en vain.

«Pour moi c’est une tradition. Sans être chrétien pratiquant, je suis allé à la messe toute ma jeunesse et pour moi, la crèche sous le sapin, c’est important», dit-il.

Pas facile de trouver

Le Journal est parti à la recherche d’une crèche typique avec tous les personnages classiques de l’histoire catholique dans cinq grands magasins de la région de Montréal.

Parmi eux,Walmart et Zellers, deux imposants vendeurs de décoration de Noël, ne présentaient aucun modèle de crèche.

Du côté du Canadian Tire, le directeur du magasin de Longueuil explique que «ce n’est plus vraiment en demande».

La seule représentation de la crèche traditionnellement connue est vendue sous forme de figurines de bande dessinée.

«On avait un 8 pieds de stock de crèches il y a environ 8 ans et il ne nous reste que ça...», indique Annie Lecours, gérante de la section du saisonnier au Canadian Tire.

Plusieurs commis questionnés par le Journal ont avoué ne même plus être en mesure d’en commander chez leurs fournisseurs.

«On n’est même plus listés pour en recevoir et il est très rare que les clients veulent ça», ajoute Jonathan Gagné, directeur de la succursale Canadian Tire.

Rentabilité

Le géant Costco ne fait pas exception ; pas de crèche sur les étalages dans la section des décorations de Noël.

«Je n’en ai aucun en magasin présentement... L’espace d’un produit doit être rentable pour nous et ce n’est vraiment pas vendeur», dit Pierre Lacelle de chez Costco de la rue Bridge à Montréal.

Ce magasin ne tient plus ce fort symbole de Noël depuis deux ans déjà. Le produit est toutefois offert aux clients via leur site Internet.

Seul Rona proposait deux choix, pas de crèches, mais d’«ensemble de figurines de nativité».

«On n’appelle plus ça une crèche, je crois que ce serait offensant et politiquement incorrect», estime Alexandre Pelletier, commis chez Rona.

Selon lui, si cette tradition continue de se perdre à ce rythme, il serait possible de voir les crèches complètement disparaître de sur les tablettes d’ici quelques années.

Même constat à Québec où parmi quatre magasins de grandes surfaces visités, possédant des sections réservées aux décorations de Noël, aucun n’offrait de crèches. «On ne vend plus ça, car les gens ne croient plus à ces histoires», a laissé tomber un commis du Canadian Tire.

Le Journal a dû se rendre dans une boutique spécialisée, car aucun grand magasin n'offrait la fameuse scène sur ses tablettes à Québec.


• Sur cinq magasins à grande surface visités, quatre ne vendaient aucune crèche.

• Le meilleur moyen de trouver une crèche rapidement est de magasiner sur Internet.

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.