/news/currentevents
Navigation
Chute mortelle

La famille est avertie deux jours plus tard

leve personne
PHOTO CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES Constantin Bulette a fait une chute d’environ 2 mètres au moment de prendre son bain

Coup d'oeil sur cet article

Un homme de 84 ans est décédé dans un Centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD) à Montréal en avril 2011, après qu’une préposée l’ait échappé alors qu’elle lui donnait son bain. TVA Nouvelles a appris que l’établissement a signalé l’accident à la famille près de 48 h après les faits, ce qui est contraire à la loi.

«Quand on néglige de communiquer ses erreurs, de prendre des actions, c’est impardonnable. On a manqué l’opportunité de traiter mon père avant que des complications rendent la chose quasi impossible», a affirmé le fils de l’homme décédé, Nazzareno Bulette.

Son père, Constantin Bulette, souffrait d’Alzheimer. Depuis trois mois, il vivait dans un CHSLD de Montréal avec sa femme. Le 11 mars 2011, une préposée aux bénéficiaires lui a fait prendre un bain à l’aide d’un lève-personne. C’était la première fois qu’elle effectuait cette manœuvre avec lui. M. Bulette s’est alors penché vers l’avant et la dame l’a échappé. Il fait une chute d’environ 2 mètres et s’est frappé la tête.

D’autres employés sont ensuite venus prêter main-forte à leur collègue, prenant les signes vitaux de l’homme et le transportant dans sa chambre. M. Bulette leur a alors dit qu’il ne ressentait pas de douleur.

L’établissement n’a alors pas fait venir de médecin et a recouché M. Bulette dans son lit, sans prévenir ni ses enfants, ni sa femme qui se trouvait à quelques portes de là. Or, rapidement par la suite, l’homme a informé le personnel qu’il a de puissants maux de tête.

Il a finalement été conduit à l’hôpital deux jours plus tard, où l’on a constaté une fracture cervicale qui a ensuite occasionné de multiples complications. Constantin Bulette est mort à la fin du mois d’avril 2011.

Le commissaire aux plaintes blâme l'établissement parce que deux préposés sont requis pour l’utilisation d’un lève-personne.

La loi oblige également à divulguer les accidents et incidents, ce qui n’a pas été fait.

Deux semaines après la chute de leur père, les fils de M. Bulette ont exigé une rencontre avec la direction de la résidence. C'est à ce moment qu’ils ont été mis au courant des détails entourant l’accident.

TVA Nouvelles s’est entretenu avec le directeur adjoint de l’établissement, mais comme la famille a intenté un procès de près de 200 000 $ contre la résidence, il a refusé de commenter.

Quant à la préposée qui a échappé M. Bulette, elle s’est vue imposer une suspension de deux jours. L’établissement a également pris de nouvelles mesures à la suite de l’accident.

En octobre dernier, TVA Nouvelles révélait une histoire semblable. Une dame de 92 ans, Rose Marchildon est morte au CHSLD de Ste-Eustache, alors qu'elle était déplacée dans son lit avec un lève-personne. Il y avait encore une fois une seule préposée.

 

Commentaires