/sports/hockey
Navigation
LNH

Les fruits de l’expansion

gainey
Journal de Montréal / Agence QMI Bob Gainey

Coup d'oeil sur cet article

PLANO, Texas – Le commissaire de la Ligue nationale de hockey (LNH), Gary Bettman, a trimé dur pour voir des équipes d’expansion s’installer au sud des États-Unis.

Avec les années, l’initiative de la LNH d’implanter des formations en Floride, au Texas, en Arizona, au Tennessee et en Californie lui aura au moins permis de célébrer d’une certaine manière : ces marchés où le hockey est un sport non traditionnel ont vu naître d’excellents joueurs.

L’ancien des Stars de Dallas et du Canadien de Montréal, Bob Gainey, a grandement contribué à l’essor de cette discipline au Texas, s’impliquant notamment auprès du hockey mineur lorsque son fils Steve était enfant.

«J’ai eu cette conversation avec Mike Komisarek il y a sept ou huit ans, a indiqué Gainey au sujet du défenseur américain originaire de West Islip, dans l’État de New York. Nous discutions afin de comprendre pourquoi il y avait des équipes dans tous ces différents lieux. Je lui ai demandé : "Aurais-tu commencé à jouer au hockey si les Islanders n’avaient pas évolué à Long Island? ". Il m’a répondu : "Non". C’est parce que les Islanders avaient un programme de hockey. Des gars comme Gerry Hart et Bob Nystrom ont réuni des jeunes. Il y a une combinaison de plusieurs choses.»

Le membre du Temple de la renommée Al MacInnis, qui est demeuré à St. Louis au terme de sa carrière tout en s’impliquant auprès du hockey mineur, a dit qu’il y a un lien direct entre une équipe gagnant la coupe Stanley et évoluant dans un marché non traditionnel et l’émergence des programmes de hockey dans ces régions.

«Soyons honnêtes, tout a commencé avec Wayne Gretzky lorsqu’il a joué à Los Angeles [Kings]. Puis, tout d’un coup, Dallas a remporté la coupe quelques années plus tard et Seth Jones [qui est originaire de Plano au Texas et qui pourrait être le premier joueur sélectionné au prochain repêchage de la LNH] est un produit du programme des jeunes hockeyeurs de Dallas.»

«Ce n’est pas une coïncidence. Colorado [Avalanche] a gagné la coupe : Adam Foote donnait de son temps là-bas et Joe Sakic aidait aussi. D’autres joueurs étaient aussi engagés auprès des jeunes. C’est un élément-clé.»

MacInnis a ajouté que les cotes d’écoute à la télévision américaine est le reflet du momentum que le hockey avait jusqu’au déclenchement du lock-out.

«Regardez NBC et les chiffres obtenus l’an dernier lors des séries éliminatoires. Ils sont exceptionnels. La Classique hivernale a également été un franc succès. Il y a plusieurs facteurs qui sont en place afin de permettre au hockey de progresser au sud de la frontière: les anciens, les équipes victorieuses au Colorado, à Dallas, à Tampa Bay, à Los Angeles l’an dernier. Avec la conquête des Kings, je ne peux m’imaginer ce que ça aura comme impact sur le hockey mineur dans cette ville.»

Ce serait certainement mieux si les Kings jouaient actuellement en tentant de défendre leur titre.

Quelques chiffres à l'appui

La croissance du hockey dans des États non traditionnels chez nos voisins du sud est également perceptible chez les collèges américains.

Au cours des dernières années, il y a eu moins de Canadiens défendant les couleurs d’un club de la division 1 dans la NCAA (une baisse de près de 100 athlètes durant les 10 dernières saisons) et il y a plus de joueurs provenant de ces marchés peu reconnus pour produire des hockeyeurs. L’une des raisons qui expliquent la diminution du nombre de Canadiens évoluant dans les collèges américains est l’excellent travail accompli par la Ligue canadienne de hockey, qui a amélioré ses techniques de recrutement et qui a réussi à garder les joueurs en sol canadien.

Voici quelques statistiques :

- 30% des joueurs en division 1 sont des Canadiens : l’Ontario (190 hockeyeurs), la Colombie-Britannique (99) et l’Alberta (86) mènent le bal. En 2002-2003, ce chiffre s’élevait à 34%.

La majorité des places libérées par les Canadiens ont été comblées par des Américains et quelques Européens. Voici les États qui ont connu les plus importantes croissances au cours des 10 dernières années :

Californie : augmentation de 39 joueurs

Pennsylvanie : augmentation de 22 joueurs

New Jersey : augmentation de 21 joueurs

Missouri : augmentation de 17 joueurs

Ohio : augmentation de 16 joueurs

Colorado : augmentation de 15 joueurs

Floride : augmentation de 15 joueurs

Illinois : augmentation de 15 joueurs

Wisconsin : augmentation de 14 joueurs

Arizona : augmentation de 11 joueurs

Source : College Hockey, Inc.

Commentaires