/news/currentevents
Navigation

Stationnement illégal ?

Un policier pris en flagrant délit par un client d’un restaurant

Coup d'oeil sur cet article

Les stationnements interdits ne semblent pas s'appliquer également à tous. Un policier de Montréal a été surpris, lundi dernier, à stationner son autopatrouille illégalement par un citoyen outré, le temps d'aller acheter un repas à un Subway de la rue Peel.

Les stationnements interdits ne semblent pas s'appliquer également à tous. Un policier de Montréal a été surpris, lundi dernier, à stationner son autopatrouille illégalement par un citoyen outré, le temps d'aller acheter un repas à un Subway de la rue Peel.

Cette situation, peu banale, a été filmée par une personne qui mangeait dans ce restaurant.

«Si les critères d'urgence et d’interventions policières ne sont pas rencontrés, ils se doivent de respecter les mêmes règles que tout autre citoyen», a indiqué l’inspecteur André Durocher, de la division de la sécurité routière et de la circulation du SPVM.

Le vidéaste amateur qui a capté la scène a rapidement été intrigué lorsqu’il a aperçu le policier sortir de son autopatrouille.

«Je l’ai suivi du regard, pour voir où il irait. À ma grande surprise, le voilà qu’il entre dans le Subway et fait la file pour se commander un sandwich», a-t-il relaté.

Seuls les policiers peuvent dans l'exercice de leurs fonctions (appels de service, situations ou interventions urgentes) être exemptés de certaines obligations relatives au stationnement.

Il a ensuite pris son téléphone cellulaire pour le prendre en photo et le filmer lorsqu’il est retourné à sa voiture.

Selon sa version des faits, le policier se serait rendu compte qu’il se faisait filmer et il n’aurait pas apprécié cette démarche.

Il se serait alors dirigé vers la personne en lui disant : «Tiens, voilà ma carte si tu as un problème». Sur celle-ci sont inscrits le nom du policier et son matricule.

La personne qui filmait aurait mentionné au policier qu’il n’avait pas le droit de se stationner dans cet espace. Le policier lui aurait alors répondu qu’il s’était arrêté seulement pour cinq minutes.

L’inspecteur Durocher a dit qu’il allait faire des vérifications auprès du policier concerné. Des mesures « appropriées» pourraient être prises contre le fautif.

Intérêt public

Selon l’avocat spécialiste des droits de la personne Julius Grey, il est d’intérêt public de se questionner sur le comportement du policier. Bien que le policier n’ait pas commis de crime, il n’a pas laissé une image positive de lui.

Me Grey pense que les citoyens ont le droit de prendre des photos des policiers. «Parfois, il y a un excès de zèle, mais ce n’est pas illégal», a-t-il dit.

Exemples de cas vécus
En 2011, deux agents de la SQ en Mauricie ont été filmés alors qu’ils dormaient dans leur voiture.
En février dernier, des policiers de Laval s’étaient stationnés dans un espace réservé aux handicapés pour aller faire leur épicerie.
Plus récemment, des personnes ont filmé l’arrestation musclée effectuée par l’agent Stéphanie Trudeau du SPVM
Commentaires