/travel/destinations
Navigation

Sur la piste des Mayas

Coup d'oeil sur cet article

Il y a eu le bogue de l’an 2000, qui a fait trembler la planète. Et voilà que, depuis quelques mois, les oiseaux de malheur sont de retour, désignant le 21 décembre 2012 comme la date prévue par les Mayas pour la fin du monde. Heureusement, même les Mayas réfutent cette prédiction. Ouf!

CANCUN, Mexique – Il y a eu le bogue de l’an 2000, qui a fait trembler la planète. Et voilà que, depuis quelques mois, les oiseaux de malheur sont de retour, désignant le 21 décembre 2012 comme la date prévue par les Mayas pour la fin du monde. Heureusement, même les Mayas réfutent cette prédiction. Ouf!

Reconnue pour l’étendue de ses connaissances et ses précisions mathématiques, l’ancienne civilisation maya, considérée comme l’une des plus importantes de ­l’Ancien Monde, continue d’exercer sa ­fascination. Pourquoi et comment sont-ils disparus? Et surtout, pourquoi leur calendrier se termine-t-il le 21 décembre 2012?

Ces mathématiciens incroyables ont construit d’immenses villes, des temples majestueux dont les détails architecturaux fascinent toujours, des pyramides qui créent des illusions et d’immenses ­observatoires d’où ils examinaient les étoiles, ce qui leur a permis, à partir de techniques perfectionnées pour marquer le passage du temps, de créer un calendrier rempli de symboles et d’étranges calculs, indiquant qu’une période de 5125 années se termine le 13e baktun (cycle le plus long calculé par ce calendrier), soit le 21 décembre 2012.

Si certains observateurs s’entêtent à y voir l’annonce de la fin du monde, ce n’est pas le cas de notre guide, véritable descendant maya, qui, tout en nous faisant découvrir les merveilles de Chichen Itza, se fait rassurant.

MYSTÈRE ET BEAUTÉ

Réconforté par son sourire, le calme et la certitude imprégnant son discours, notre petit groupe entreprend, sous un ­soleil de plomb, la visite de ce lieu sacré dont la création remonterait en 525 après J.-C. Désigné comme l’une des sept nouvelles merveilles du monde moderne et nommé au Patrimoine de l’UNESCO en 1988, cet exemple magistral du génie des Mayas ­fascine. Était-ce vraiment un grand centre spirituel? Un lieu de sacrifice comme le laissent supposer les ossements découverts dans le cénote (puits naturel) tout près?

Le plus connu des vestiges demeure le temple de Kukulcanm (la pyramide) où, lors des équinoxes (20-21 mars et 22-23 septembre), on peut apercevoir un long serpent de lumière. Même si la date est passée, notre guide nous invite à marcher lentement en fixant un point précis et — ô miracle! — on aperçoit le fameux serpent qui ondule. Facile d’imaginer ce que cela doit donner sous les jeux d’ombre et de soleil. Malgré la chaleur, un frisson parcourt le groupe. Comment ont-ils pu réaliser cela?

La visite se poursuit avec le Temple des guerriers, le groupe des mille colonnes, l’observatoire, sans oublier l’imposant terrain de balles dont les gagnants (oui, les gagnants!) étaient sacrifiés au dieu de la pluie, ce qui était un honneur et un privilège.

Pendant les quelques heures que dure la visite, l’on aperçoit divers dessins dans la pierre, des sculptures et les questions se bousculent.

A-t-on vraiment réussi à décrypter les us et coutumes de cette civilisation dont les connaissances atteignaient des sommets inégalés et qui est disparue mystérieusement, laissant des cités enfouies, de nombreuses pyramides et un calendrier se terminant au 21 décembre 2012?

SUR LA PISTE DES MAYAS

Chichen Itza n’est pas le seul trésor laissé par les Mayas, mais c’est sans aucun doute l’un des mieux conservés, des plus impressionnants et certainement l’un des plus accessibles aux vacanciers. Il faut dire qu’il n’est qu’à deux heures de route de Cancun, destination chouchou des touristes pour la beauté de ses plages, ses eaux turquoise et sa proximité avec une trentaine de sites mayas. Ces derniers continuent de témoigner que cet État du Yucatan a connu l’apogée de la civilisation maya et est demeuré, à ce jour, le berceau d’une des plus grandes civilisations du monde.

Outre Chichen Itza, il y a Tulum (à environ 45 minutes de route de Cancun) qui a été un important centre d’observation astronomique; Coba, dont la pyramide principale, NohochMul, est la plus haute de la péninsule du Yucatan; Xel-Ha, la seule cité maya construite au bord de la mer et son décor unique de criques, de lagunes et de puits naturels reliés au plus longues rivières souterraines du monde; Xcaret, son parc majestueux en bord de mer, sa jungle et ses cavernes; Ik Kil, le cénote, puits naturel sacré de couleur bleu ciel; Ek Balam, ses vestiges grandioses, son cénote (la plus grande piscine naturelle avec 80 mètres de diamètre) et son sanctuaire de flamands roses; El Rey, dont les 47 structures rappellent que cette ancienne ville a été exploitée après la période classique; El Meco avec ses vestiges de temples, de colonnes et de murs entourant la grande place centrale; sans oublier de plus petits sites comme Pok Ta Pok, San Miguelito et Yumil Lu'um. De nombreux tours guidés sont offerts vers ces sites spectaculaires.


Info: www.cancun.travel

Commentaires