/news/currentevents
Navigation
taudis | immobilier

Un « bijou » de Montréal à vendre

Un célèbre taudis de Côte-des-Neiges est sur le marché immobilier, mais les locataires sont en colère

Coup d'oeil sur cet article

Un taudis du quartier Côte-des-Neiges devenu célèbre il y a quelques années est à vendre pour la modique somme de 3,5 M$. Alors que l’agent d’immeuble le qualifie de «bijou», les locataires ne cessent de s’en plaindre.

Un taudis du quartier Côte-des-Neiges devenu célèbre il y a quelques années est à vendre pour la modique somme de 3,5 M$. Alors que l’agent d’immeuble le qualifie de «bijou», les locataires ne cessent de s’en plaindre.

L’un des locataires a même placé une petite annonce sur Kijiji pour décourager les éventuels locataires de louer à cet endroit.

«Ce bâtiment est pourri. Le propriétaire n’est pas fiable. Les logements sont insalubres. Faites attention, il va essayer de cacher et camoufler cela», a écrit une personne en mentionnant également qu’elle compte déménager bientôt.

L’immeuble, situé au 3400, Linton, pose toujours problème. Une forte odeur de moisi se dégageait dans les corridors au moment de notre passage. Il y avait aussi plusieurs taches noires dans les salles de bains des appartements que nous avons visités.

Le propriétaire actuel, Mitchell Stupp, a reçu plusieurs avis d’infractions concernant l’état des lieux depuis 2010, mais la situation ne semble pas s’améliorer, a constaté le Journal. Un inspecteur de la Ville de Montréal est d’ailleurs sur le dossier.

Chauffage et infiltrations

Pourtant, la fiche d’inscription de l’agent immobilier indique que des rénovations à hauteur de 1,2 M$ ont été effectuées.

Selon plusieurs locataires rencontrés, les infiltrations d’eau seraient légion et le chauffage, contrôlé par le propriétaire, ne fonctionnerait pas adéquatement.

«En sortant de la douche, il faut vite s’habiller parce qu’on gèle ici», a dit une locataire sous le couvert de l’anonymat.

Avec l’arrivée de l’hiver, plusieurs locataires ont d’ailleurs dit craindre pour leur santé, mais surtout celle de leurs enfants.

Une autre mère, qui a préféré ne pas s’identifier, a raconté qu’elle a dû acheter un chauffage d’appoint pour 80 $, alors que le propriétaire de l’immeuble lui aurait promis de régler le problème après qu’elle eut refusé de payer son loyer.

Inspecteur

«Mes enfants ont le nez qui coule et ils me réveillent en pleurs durant la nuit», a-t-elle indiqué.

Dans un autre logement, la moisissure est visible autour de la baignoire. Le robinet de l’évier de sa cuisine menace de se briser à n’importe quel moment. Il paye 850 $ par mois pour ce logement de quatre pièces.

«Le propriétaire m’a indiqué qu’il allait venir faire les réparations, mais il n’est jamais venu. Un inspecteur est passé», a-t-il dit, visiblement fâché d’avoir emménagé à cet endroit en juillet dernier. Il a su qu’il y avait des problèmes dans l’immeuble après avoir parlé avec ses nouveaux voisins.

Commentaires