/lifestyle/health
Navigation
Santé

Sapin gris et boules kaki

Sapin gris et boules kaki
photo fotolia Parce qu’ils ne perçoivent que le bleu, le jaune et une teinte intermédiaire entre le blanc et le gris, les personnes atteintes de daltonisme ne voient pas la couleur rouge ou verte.

Coup d'oeil sur cet article

Pas fort en décoration diriez-vous! Pourtant, c’est ainsi qu’apparaissent, pour des centaines de milliers de Québécois, principalement des hommes, les sapins verts décorés de boules rouges.

Pas fort en décoration diriez-vous! Pourtant, c’est ainsi qu’apparaissent, pour des centaines de milliers de Québécois, principalement des hommes, les sapins verts décorés de boules rouges.

Près de 9 % des hommes et beaucoup moins de femmes souffrent de daltonisme. Certains sont incapables de distinguer le rouge et/ou le vert tandis que d’autres ne distinguent que des nuances de noir, blanc et gris. Si vous êtes blonde aux yeux bleus, le daltonien risque de ne vraiment pas faire la différence que vous croyez entre vous et une rousse aux yeux verts... Il verra ses propres nuances personnalisées comme dans la cuisine où il rencontre des difficultés à départager les tomates vertes et les tomates mûres, la viande saignante et la viande cuite ou la sauce tomate et le chocolat liquide.

LE GÈNE

Touchant dans 99 % des cas l’homme, le gène du daltonisme lui est transmis par sa mère. Ce gène est porté par le chromosome sexuel X et l’homme ne reçoit qu’un seul de ces chromosomes X, hérité de sa mère, et reçoit également un chromosome Y, hérité de son père. La femme, quant à elle, reçoit deux chromosomes X, un de sa mère et l’autre de son père.

Le gène du daltonisme est qualifié de «récessif» ce qui signifie qu’il suffit qu’un gène soit normal dans l’un des deux chromosomes X que reçoit la femme pour que l’anomalie ne se concrétise pas. La femme ne pourra être daltonienne que si ces deux chromosomes X, hérités de ses deux parents, portent le gène défectueux. Une probabilité très rare. Par contre pour l’homme, possédant un seul chromosome X hérité de sa mère, il faut simplement que celle-ci lui ait transmis le gène anormal pour qu’il soit daltonien. L’homme ne pourra jamais transmettre son daltonisme à son fils, puisqu’il ne lui donne qu’un chromosome Y, tandis que la mère pourra lui transmettre l’anomalie sans être, elle-même, daltonienne.

LE DALTONISME

Ce n’est pas une maladie, mais plutôt une anomalie. Celui qui en hérite la conservera toute sa vie sans qu’elle ne s’aggrave ni ne s’améliore et apprend à vivre en compensant à l’aide d’autres références pour, quand même, voir la vie en rose!

On associe souvent le daltonisme à la confusion entre le rouge et le vert, toutefois c’est une anomalie qui peut être plus complexe et bien difficile à décrire puisqu’il y a presque autant de daltonismes que de daltoniens... Trois types de «cônes», des cellules spécialisées de la rétine de l’œil, perçoivent respectivement trois couleurs: le bleu, le vert et le rouge dont la combinaison permet de former toute la palette des teintes que nous connaissons. La combinaison et les intensités respectives de ces trois couleurs, captées par les cônes, permettent à notre cerveau d’élaborer l’impression colorée.

Si l’un des types de cônes affectés à une couleur distincte ne fonctionne pas, le cerveau ne reçoit pas d’information sur la couleur correspondante. Les personnes ayant une vision normale sont «trichromates normales», c’est-à-dire qu’elles possèdent les trois types de cônes et voient l’ensemble des couleurs. Tandis que les daltoniens sont bichromates: ils ne possèdent que deux types de cônes, en général ceux des types bleu et vert. De ce fait, ils ne perçoivent que trois teintes: le bleu, le jaune et une teinte intermédiaire blanche ou grise. L’absence de cônes bleus ou verts est quant à elle beaucoup plus rare. Très rarement, deux ou trois types de cônes peuvent être absents, celui qui souffre de cette anomalie ne verra alors qu’en noir et blanc et en nuances de gris. Par ailleurs, les cônes peuvent être tous présents sans cependant transmettre parfaitement au cerveau le signal correspondant à leur couleur. La vision colorée en sera donc partiellement altérée. Cette anomalie est qualifiée de «trichromatisme anormal».

 

Commentaires