/sports/others
Navigation
Planche à neige

Un Québécois à la sauce autrichienne

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Après des études qui l’ont mené jusqu’en Autriche, le Québécois Indrik Trahan s’apprête à vivre sa première saison de Coupe du monde de planche à neige. Il sera alors le plus jeune athlète à temps plein sur le circuit.

«Je suis plus que prêt à relever ce nouveau défi», d’indiquer le planchiste de 19 ans, à l’aube de l’épreuve de Carezza, en Italie, ce vendredi 21 décembre.

Le parcours de Trahan, qui est originaire de Trois-Rivières, a de quoi impressionner. Ayant quitté le domicile familial à l’âge de 13 ans pour suivre un programme alliant sports et études au Vermont, aux États-Unis, il a terminé son adolescence en Autriche.

«Quand j’avais 15 ans, je me suis retrouvé à l’Académie Stams Schi Gymnasium, tout près d’Innsbruck, qui est considérée comme la meilleure école au monde pour les sports de glisse», raconte Trahan.

«J’étais le premier qui venait de l’Amérique pour fréquenter cette école, dit-il. Au début, j’étais perçu par les autres étudiants comme un étranger qui s’immisçait dans leur monde.»

Après une certaine période d’adaptation, ponctuée de quelques cours d’allemand, Trahan a finalement adoré l’expérience.

«Sur le plan sportif, j’ai découvert une nouvelle technique de planche à neige, a convenu le Québécois. J’ai puisé dans leur outillage. Il y a une certaine différence entre ce qui se fait en Europe et ce qu’on voit en Amérique du Nord. J’ai surtout appris sur la façon de s’entraîner et sur la manière de gérer la compétition. Je crois que ça peut être un atout pour moi.»

Québec et Sotchi

Avec déjà quelques courses en Coupe du monde à son actif au cours des dernières années, Trahan veut devenir plus compétitif dès le début de cette saison afin de se qualifier pour les Championnats du monde, prévus à Stoneham, dans la région de Québec, du 17 au 27 janvier.

«Je dois bien faire en Italie et aux deux épreuves suivantes en Autriche (au début du mois de janvier) si je veux me qualifier pour Stoneham», dit Trahan.

En voyant un peu plus loin, le jeune Québécois vise une participation aux Jeux olympiques de Sotchi, en Russie. Afin d’y parvenir, il compte notamment apprendre aux côtés de ses présents coéquipiers de l’équipe canadienne.

«Mon idole de jeunesse a toujours été Jasey-Jay Anderson, révèle-t-il. Maintenant, je fais partie de l’équipe canadienne avec lui. J’admire sa détermination et il connaît bien l’équipement. C’est un peu mon mentor à l’entraînement, mais en compétition, ça reste un adversaire.»

 

Commentaires