/news/currentevents
Navigation
Tempête | Record

Des jours de déneigement en vue

Coup d'oeil sur cet article

Après la tempête record qui s’est abattue hier sur le Québec, il faudra au moins cinq jours avant qu’il n’y ait plus trace de neige dans les rues de Montréal.

«Il n’y a pas de précédent à ce qu’on a eu (hier)», a dit le porte-parole d’Environnement Canada, René Héroux.

En quelques heures à peine, la tempête a enseveli la région métropolitaine sous 45 cm de neige.

En comparaison, la tempête du siècle, celle du 4 mars 1971, avait laissé 43,2 cm de neige au sol en une journée et près de 50 en trois jours.

Opération déneigement

Le chargement de toute cette neige ­débutera à 7 h ce matin et se prolongera jusqu’à la nouvelle année.

Se débarrasser de 20 cm de neige prend en moyenne quatre jours à Montréal. Mais le porte-parole de la Ville, Jacques-Alain Lavallée, assure que ses services mettront les bouchées doubles pour libérer les rues avant le retour au travail, mardi.

«S’il n’y a pas d’autres précipitations, (le déneigement) devrait prendre cinq jours», a-t-il déclaré.

Pas moins de 3000 employés seront à pied d’œuvre et 2200 appareils seront réquisitionnés, y compris le 31 décembre et le 1er janvier.

«La neige n’attend pas», a lancé M. Lavallée en spécifiant qu’il n’y a pas de ­réduction de personnel pendant les ­journées fériées.

Pour faciliter le déneigement, la Ville demande aux citoyens de respecter la ­s­ignalisation orange et de déplacer leur véhicule aux moments indiqués.

M. Lavallée rappelle que plus de 5700 places de stationnement gratuit sont ­disponibles sur le territoire, la nuit, en ­période de chargement.

Il appelle également les piétons à la prudence au coin des rues, pour que les accidents des dernières années ne se reproduisent pas.

En 2009 et 2008, quatre piétons sont en effet morts à Montréal lors d’opérations de déneigement.

Déplacements chaotiques

En attendant le déneigement, les déplacements étaient chaotiques, hier. La visibilité était réduite, sinon nulle sur l’ensemble du réseau routier. Il n’y aurait toutefois pas eu de blessés graves.

La tempête a occasionné plusieurs fermetures de routes et les autorités ont recensé des centaines de sorties de route et plusieurs carambolages. Pour se rendre sur place, les policiers ont même dû sortir les motoneiges.

L’aéroport Montréal-Trudeau a pour sa part été contraint de suspendre ses activités. Plus de 200 vols sur quelque 600 ­quotidiens ont ainsi été annulés (voir autre texte).

Pannes de courant

Malgré les nombreux centimètres de neiges accumulés, le réseau électrique se portait relativement bien hier, selon la porte-parole d’Hydro-Québec, Sophie ­Lamoureux.

Deux mille six cents abonnés étaient dans le noir en fin de journée, ­essentiellement dans les Laurentides, l’Outaouais et Lanaudière.

Dans les Laurentides en particulier, le réseau n’était pas encore complètement remis de la précédente tempête, survenue le 21 décembre. Quelque 350 abonnés étaient toujours débranchés hier.

La Beauce pourrait être la région la plus touchée avec 50 cm, tandis que ­Québec recevrait au moins 30 cm, selon les prévisions.

Commentaires