/sports/hockey
Navigation

L’évaluation de Danny Kristo

L’attaquant joue sa quatrième et dernière saison avec les Fighting Sioux de l’Université du Dakota du Nord

L’évaluation de Danny Kristo
photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

Danny Kristo a choisi un retour à l’Université du Dakota du Nord pour une quatrième et dernière année avec les Fighting Sioux. L’ailier américain n’aura pas ­seulement des examens scolaires à réussir au cours des prochains mois.

Danny Kristo a choisi un retour à l’Université du Dakota du Nord pour une quatrième et dernière année avec les Fighting Sioux. L’ailier américain n’aura pas ­seulement des examens scolaires à réussir au cours des prochains mois.

Repêché au 2e tour par le Canadien en 2008, Kristo tentera de convaincre Marc Bergevin de lui offrir un premier contrat professionnel. Il y a toutefois un facteur très imprévisible à considérer. Sans une nouvelle convention collective, aucune équipe de la LNH n’a le droit de consentir des contrats à ses joueurs ou espoirs.

Avant d’écrire son nom au bas du ­document, Kristo devra donc prier pour la fin du lock-out dans la LNH en plus de convaincre la haute direction du CH de miser sur lui.

«Je me retrouve devant l’inconnu avec le lock-out, mais je suis persuadé que je ne suis pas le seul joueur dans cette situation, a affirmé Kristo lors d’un entretien téléphonique au Journal de Montréal durant la pause du temps des Fêtes de son équipe. Pour moi, ce n’est pas la fin du monde, je devais déjà patienter à la fin de ma saison à North Dakota avant de parler au Canadien. J’espère qu’à cette date, le lock-out sera terminé depuis assez longtemps.»

Selon les règles établies par l’ancienne convention collective, Bergevin et le Tricolore ont jusqu’au 15 août pour s’entendre avec l’Américain originaire du Minnesota. S’il n’a pas un contrat en poche d’ici cette date, Kristo deviendrait joueur autonome sans compensation.

« Je ne crois pas qu’ils changeront les règlements avec la prochaine convention collective, a dit un agent de joueur québécois sous le couvert de l’anonymat. Les joueurs des rangs universitaires américains ont toujours eu une ­fenêtre de quatre ans à partir du jour de leur repêchage pour signer leur contrat. »

Visites importantes

Depuis le début de la saison, Kristo a reçu la visite de deux espions ­importants du Tricolore, Marc Bergevin et Martin Lapointe.

«Marty (Martin) est venu me voir lors du premier ou deuxième week-end de notre saison, a expliqué l’ailier de 22 ans. Il m’a offert de bons conseils, il m’a dit sur quoi je devais travailler afin de passer à l’étape suivante.»

«Quelques semaines plus tard, j’ai reçu la visite de Marc Bergevin lors de notre passage à Notre Dame, a-t-il ajouté. Il a regardé les deux matchs et tout comme Martin, il m’a donné quelques conseils. J’étais très content de voir qu’ils ont pris le temps de se ­déplacer pour me voir, c’est un signe qu’ils m’ont toujours à l’œil. »

En quatre ans à Grand Forks, au ­Dakota du Nord, il n’avait jamais reçu la visite de Bob Gainey ou Pierre Gauthier, les deux anciens DG du Canadien.

« Je ne veux rien dire de mal contre l’ancienne direction, mais j’imagine que c’était plus facile pour Monsieur Bergevin de se déplacer en raison du lock-out. »

Au deuxième rang

Après 15 matchs avec les Fighting Sioux, Kristo se retrouve au deuxième rang des pointeurs de son équipe avec 21 points (8 buts, 13 aides). Corban Knight, un choix de 5e tour des Panthers en 2009, le devance par seulement deux points.

«Oui, je connais un bon départ, pas simplement sur le plan individuel, a précisé l’ailier de 5 pi 11 po et 180 lb. Nous avons une très bonne équipe cette saison avec une fiche de 9-5-3. Je profite de la pause des Fêtes pour recharger mes ­batteries encore mieux afin de ­connaître une bonne fin de saison.»


  • Mark MacMillan, un choix de 4e tour du CH en 2010, porte également les ­couleurs des Fighting Sioux. En 18 rencontres, le petit ailier de 6 pi et 160 lb a récolté 15 points, dont 7 buts.
Commentaires