/sports/hockey
Navigation

Encore un an

Encore un an
Photo d’archives La nouvelle entente permettra le rachat du contrat d’au moins deux joueurs, mais seulement à la fin de la présente saison. Le départ de Scott Gomez doit donc attendre encore.

Coup d'oeil sur cet article

Avec le nouveau contrat de travail dans la LNH, Marc Bergevin a reçu de bonnes cartes pour régler les deux dossiers les plus chauds du Canadien : ceux de Scott Gomez et de P.K. Subban.

Avec le nouveau contrat de travail dans la LNH, Marc Bergevin a reçu de bonnes cartes pour régler les deux dossiers les plus chauds du Canadien : ceux de Scott Gomez et de P.K. Subban.

Le patron du Canadien devra bien sûr soupeser et analyser les nouvelles dispositions de l’entente avant de prendre des décisions majeures pour l’avenir de l’équipe.

Chose certaine, la nouvelle recrue à la direction du Tricolore devra vite s’adapter à la nouvelle réalité financière de la LNH.

Avec le nouveau contrat de travail, Gary Bettman a imposé à tous un cadre financier plus serré.

Cette saison, les formations peuvent encore octroyer des contrats sous le plafond de 70,2 M$.

En 2013-2014, le plafond salarial tombera à 64,6 M$, soit une baisse de près de 10%.

Dans ce contexte, Marc Bergevin devra imposer un régime sévère dans les prochains mois.

Selon le site capgeek.com, le Canadien a déjà octroyé des contrats de 63,9 M$ pour la saison 2012-2013.

Selon la même source, le Canadien a déjà octroyé des contrats de 60,16 M$ à 16 joueurs pour la saison 2013-14.

Marc Bergevin devra trancher dans le gras pour atteindre ses objectifs budgétaires.

Bye Bye Gomez

Malheureusement, il est un peu tôt pour fêter le départ de Scott Gomez.

La nouvelle entente permettra le rachat du contrat d’au moins deux joueurs, mais seulement à la fin de la présente saison.

S’il le désire, le Canadien pourra ainsi faire ses adieux à Scott Gomez et à son mirobolant contrat de 7,3 M$ par an.

Le seul problème, c’est que les amateurs devront encore rester patients tout l’hiver.

Autres millionnaires mal aimés, Tomas Kaberle (4,25 M$/an) et Rene Bourque (3,3 M$/an) pourraient bien jouer leur contrat avec le Canadien lors de cette saison écourtée.

Ils devront connaître des saisons d’enfer pour justifier leur statut de millionnaires en patins.

Fait à noter, le rachat des deux contrats ne sera pas inclus dans le calcul du plafond salarial et ne pénalisera pas les équipes qui y auront recours.

Il s’agit de la carte maîtresse du patron du Canadien. S’il adopte cette mesure radicale, il retranchera d’un coup près de 10 M$ à sa masse salariale.

À moins d’un coup de baguette magique ou d’un échange miraculeux, il n’aura pas vraiment le choix.

Le cas Subban

En attendant, Marc Bergevin possède la marge de manœuvre nécessaire pour négocier le contrat de P.K. Subban avant le début de la saison.

Il devrait entreprendre les pourparlers avec Subban et son agent tôt cette semaine.

Pour le Canadien, l’enjeu demeure le même qu’avant le déclenchement du lock-out. P.K. Subban rêve d’un contrat à long terme, comme ceux qui sont décernés à de jeunes défenseurs talentueux, comme Cam Fowler, Erik Karlsson ou Tyler Myers.

Le Canadien aimerait s’en tenir à un contrat de deux ans, plus modeste, comme celui qu’il avait accor­dé à Carey Price pour son deuxième contrat.

On verra bien qui aura raison.

Place aux jeunes

Pour Marc Bergevin, il importe toutefois de garder un œil sur le budget 2013-2014. Le contrat de Subban décidera de l’ampleur du petit ména­ge nécessaire pour contrôler la masse salariale du Canadien tout en protégeant ses fondations.

Les adieux à Gomez devraient suffire à faire de la place aux contrats de David Deshasarnais, d’Alex Galchenyuk et d’autres jeunes.

Mais, si on est trop généreux avec Subban, qui sait quel sera le prix à payer?

Nul doute, Marc Bergevin devra sortir sa calculatrice et jongler avec les millions avec prudence.

Commentaires