/sports/hockey
Navigation
La saison est sauvée

Enfin du hockey !

À l’entraînement mercredi ou jeudi

Coup d'oeil sur cet article

Au 113e jour du lock-out, Gary Bettman et Donald Fehr ont enfin fait la paix. Dans la ville qui ne dort jamais, New York, les deux opposants ont franchi la ligne d’arrivée dimanche, au petit matin, après un marathon de négociations de plus de 16 heures.

Enfermés dans une salle du chic hôtel Sofi­tel, tout près de Times Square, à Manhattan, Bettman et Fehr ont accouché des bases de la nouvelle convention collective alors que le soleil n’avait toujours pas fait son apparition.

«Nous avons conclu une entente sur la structure de la convention collective, a déclaré Bettman aux côtés de Fehr devant une vingtaine de journalistes. Nous devrons encore écrire les détails de l’entente, il y a donc encore du travail, mais le plus important, c’est que nous avons trouvé un accord.»

Sur le plan technique, il y a encore des étapes à parcourir.

«Les gouverneurs de la LNH devront approuver l’entente, tout comme les joueurs», a précisé le commissaire de la LNH.

Il s’agit toutefois d’une simple formalité, les deux clans donneront leur bénédiction à cette nouvelle convention collective d’une durée de 10 ans avec une option de sortie après 8 ans.

«Je suis très à l’aise avec cette entente, je n’ai pas honte de la présenter aux joueurs», a déclaré l’ancien ailier du Canadien Mathieu Darche.

Enfin de la lumière

Même s’il faisait encore noir au moment de l’entente, il s’agissait des premiers rayons de soleil sur la LNH depuis plusieurs mois.

La saison 2012-2013 ne connaîtra pas le même sort que lors du dernier lock-out de 2004-2005.

«Si on ne voulait pas tuer notre sport, il s’agit de la meilleure entente possible», a dit le défenseur des Bruins de Boston Andrew Ference.

Bettman, qui a vécu trois conflits en près de 20 ans de règne, a ainsi évité l’affront d’annuler une deuxième campagne en seulement huit ans.

Les deux clans ont dit oui à une saison écourtée de 48 à 52 matchs qui s’ouvrirait fort possiblement d’ici deux semaines.

«Il est encore trop tôt pour vous dire combien de matchs nous jouerons et quand nous ferons notre ouverture», a souligné Fehr, le grand patron de l’AJLNH.

Les grandes lignes

En plus de partager à 50-50 les revenus liés au hockey et de la garantie des contrats déjà signés avec les 300 millions $ de la LNH dans le montant intégral (make whole), les grandes lignes de la convention collective ont déjà circulé, même si Bettman et Fehr ont refusé d’en parler.

Les joueurs ont gagné du terrain dans les dernières heures en obtenant des concessions de la part des propriétaires.

La durée maximale des contrats sera de sept ans pour les joueurs autonomes et de huit ans pour ceux qui renouvelleront avec leur équipe.

Au départ, Bettman et les propriétaires désiraient établir une limite de cinq ans.

Le plafond salarial pour la saison 2013-2014 sera établi à 64,3 millions $ et les équipes auront la possibilité de racheter deux contrats.

Un médiateur tenace

Scot L. Beckenbaugh, le médiateur fédéral américain, restera un personnage important de ce triste conflit.

Dans les derniers jours, l’homme originaire de l’Illinois a réalisé un tour de force en recréant un climat de confiance entre deux coqs, Bettman et Fehr.

«Monsieur Beckenbaugh est un vrai professionnel et il a fait preuve d’une grande patience tout au long de nos rencontres», a précisé Ference.

Au cours des 16 heures de négociations sans relâche réparties sur deux jours (de 12 h 45 samedi à 5 h 30 dimanche), Beckenbaugh a trouvé l’énergie pour garder les deux groupes éveillés.

Les journalistes ont également combattu le sommeil tout au long de la nuit, mais il n’y avait pas de médiateur pour les tenir en éveil­.

Le café aura été le meilleur remède pour passer à travers cette longue nuit!


• Les camps devraient s’ouvrir mercredi ou jeudi.

Commentaires