/news/currentevents
Navigation
Meurtre

Pas de signe de violence

Coup d'oeil sur cet article

Aucun signe de violence ne transparaissait entre Pamela Jean et son ex-petit ami, affirme un ancien employeur de la jeune femme. Malgré tout, Juan Fermin Palma a formellement été accusé du meurtre de son ­ex-amie de cœur.

Aucun signe de violence ne transparaissait entre Pamela Jean et son ex-petit ami, affirme un ancien employeur de la jeune femme. Malgré tout, Juan Fermin Palma a formellement été accusé du meurtre de son ­ex-amie de cœur.

«Ce n’était pas l’amour infini, il y avait souvent des accrocs, a raconté hier le propriétaire du Bar Tropical, à Montréal. (Palma) était agressif verbalement avec elle, mais je n’ai ­jamais vu de violence physique.»

À cause d’écarts de comportements, il avait même dû congédier Pamela Jean à la fin de son dernier quart de travail, le samedi 29 décembre, après quatre mois comme serveuse.

Pamela Jean et son ex-conjoint étaient alors revenus au bar prendre une bière le lendemain soir. Ils sont repartis ensemble, a poursuivi le propriétaire du bar, qui n’a pas souhaité que son nom soit divulgué.

Air serein

Hier, au palais de justice de Montréal, l’homme de 32 ans a formellement été accusé de meurtre non prémédité.

«C’est lui», s’est écriée une femme lorsque Palma est entré dans le box des accusés, menotté et l’air serein.

Mais si la preuve recueillie par les policiers était suffisante pour accuser Palma, il reste encore des éléments en suspens, dont le jour exact du décès.

«Une partie de la preuve a été divulguée, mais le reste suivra le 4 février prochain (date de la prochaine comparution)», a commenté l’avocate de la défense Me Valérie Acosta.

D’ici là, l’accusé restera détenu, au grand soulagement des proches qui étaient présents cet après-midi. Ces derniers n’ont pas désiré s’adresser aux médias.

Un habitué

Selon le propriétaire du bar, Palma venait régulièrement visiter Pamela Jean dans les mois précédents le drame.

«Ils venaient ici tout le temps, explique-t-il. Parfois, (Palma) venait même la rejoindre quand elle travaillait. Il arrivait vers 18 h ou 19 h et repartait à la fermeture.»

Après la disparition de la femme, le père s’était présenté au bar, craignant le pire. Le pressentiment s’est avéré et Palma risque maintenant une longue incarcération.

Mais ce n’est pas la première fois qu’il se retrouve face à la justice.

En mars 2011, il avait été accusé de voies de fait contre son ex-conjointe, mais avait été libéré suite au retrait de la plainte par Pamela Jean.

Palma a déjà eu des démêlés avec la justice concernant la possession de cocaïne, et il attendait aussi son procès dans une affaire de vol et d’introduction par effraction en 2010 à Montréal.

Il semblerait que Juan Fermin Palma soit sans emploi.

Sur le même sujet
Commentaires