/news
Navigation
Économie

Records d’affluence en 2012

Le Port de Québec a généré près de 600 millions de retombées l’an dernier

Coup d'oeil sur cet article

En attendant son vaste projet d’expansion de 400 millions $, le Port de Québec parvient à battre des records de manutention et de croisiéristes.

 

En 2012, les quelque 1000 navires de marchandises et de croisière qui ont accosté dans le port de Québec ont généré des retombées économiques de près de 600 millions $.

L’administration portuaire de Québec révèle que, pour la deuxième année d’affilée, ses installations ont été les plus achalandées des ports du Saint-Laurent avec 32,5 millions de tonnes transbordées, une hausse de 12,5 % sur 2011.

Croisières

Du côté des croisières, l’année a également été très productive, puisque 162 000 visiteurs et membres d’équipage sont passés par les portes du Port de Québec. Il s’agit d’un bond considérable de 42 % par rapport à 2011, alors que l’industrie des croisières avait subi un important recul.

Le président-directeur général, Mario Girard, soutient que les croisières ne sont pas près de ralentir grâce à l’entente conclue avec Holland America qui amènera à Québec 21 000 croisiéristes supplémentaires pour les trois prochaines années. «On est devenu de plus en plus un port d’attache. Les passagers arrivent ici plusieurs jours avant, dépensent davantage que ceux qui sont en escale seulement quelques heures à Québec», a noté M. Girard.

Investissements

Selon la direction de la société fédérale, ce bilan positif résulte d’investissements de 53 millions $ faits dans les installations au cours de 2012. La majorité de la somme a été consentie par les compagnies exploitantes pour optimiser leurs opérations avec de nouvelles infrastructures.

Quant au projet d’expansion de 400 millions $ souhaité pour agrandir les installations, Mario Girard pense qu’il pourrait se mettre en branle en 2015. Des rénovations de 150 millions $ urgentes et un nouveau quai sur piliers de 166 millions $ doivent être faites dans un proche avenir.

«Cet été, on a eu jusqu’à 10 bateaux en attente. Ça veut dire que ça refoule jusqu’aux Escoumins et ce n’est pas très bon pour la concurrence. C’est un danger pour les armateurs qui ne peuvent pas attendre quatre ou cinq jours à l’ancre», expose-t-il.

Bassin Louise

Le réaménagement complet du bassin Louise, comportant un hôtel ainsi que des espaces verts et commerciaux, est toujours un projet, mais il ne figure pas dans les priorités de l’administration portuaire de Québec.

Pour 2013, de nouveaux investissements avoisinant 50 millions $ seront faits dans les infrastructures, principalement par des sociétés privées.

 

Commentaires