/entertainment/movies
Navigation
Louise Penny | En plein cœur

Du livre au téléfilm

Du livre au téléfilm
photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Louise Penny, auteure de la série de romans policiers primés et traduits en 23 langues, mettant en vedette l’inspecteur Armand Gamache, est ravie du tournage de Still Life (En plein cœur) réalisé récemment en Estrie et dans la région d’Oka.

Louise Penny, auteure de la série de romans policiers primés et traduits en 23 langues, mettant en vedette l’inspecteur Armand Gamache, est ravie du tournage de Still Life (En plein cœur) réalisé récemment en Estrie et dans la région d’Oka.

En octobre, ces deux régions ont servi de cadre au village fictif de Three Pines, lieu paisible et pittoresque où se déroulent ses intrigues. Le téléfilm réalisé en association avec CBC mettra en vedette le Britannique Nathaniel Parker (Vanity Fair, Far from the Mading Crowd, Merlin), dans le rôle de l’inspecteur-chef Armand Gamache, de la Sûreté du Québec, Anthony Lemke (Les hauts et les bas de Sophie Paquin) dans celui de l’inspecteur Jean-Guy Beauvoir, Kate Hewlett (The L.A. Complex) dans le rôle de Clara Morrow, l’amie endeuillée de la victime, et Gabriel Hogan (Heartland) dans le rôle de Peter Morrow, mari de Clara.

Sans regret

Heureuse du tournage de l’adaptation de son roman, très satisfaite de la distribution, emballée de voir le village de Three Pines prendre vie, Louise Penny avait refusé toutes les offres d’adaptation de Still Life qui lui avaient été présentées, jusqu’à ce que les membres de cette équipe de production lui présentent leur vision du film. C’est alors qu’elle a dit oui. Et ne l’a pas regretté.

«Quand je suis allée sur le plateau pour la première fois, j’étais très inquiète de rencontrer tout le monde... Les personnages sont nés dans mon imagination et personne ne sait vraiment à quoi ils ressemblent, dans la tête. J’avais également un peu peur que Nathaniel Parker ne soit pas un homme aussi charmant comme Gamache... Mais il est aimable, authentique et charmant : je ne pense pas que tous les acteurs de sa trempe ont l’habitude de traiter les autres avec autant de gentillesse. Pourtant, il l’a fait. C’était formidable!» partage-t-elle en entrevue.

Louise Penny est ravie. «Ce n’est pas aussi énervant qu’avant le tournage, alors que tant de choses inconnues subsistent. Il y a toujours des éléments à voir, comme le montage. Le livre est irrésistible et j’espère que le film le sera aussi. C’est un processus de découverte moi-même, à savoir à quel moment m’impliquer, à quel moment me retirer, quand laisser aller, quand faire confiance et quand se battre.»

Apprentissage

Le tournage fut pour elle une occasion d’apprendre. «Le prochain téléfilm sera différent parce qu’on aura appris différentes choses. Écrire était un processus; tourner le film en est aussi un autre. C’est un travail de création.»

Louise Penny ne tarit pas d’éloges quand vient le moment de parler de l’équipe de tournage. «Ils ont travaillé un nombre incroyable d’heures, avec une énergie et une bonne humeur formidables. J’avais entendu parler — en bien — des équipes de tournage du Québec, mais j’en ai eu la preuve quand je les ai vus en action. Ils sont capables de faire du travail de qualité, rapidement, de manière créative. Les producteurs de Toronto n’en revenaient pas!» ajoute-t-elle en riant.

«Tout le monde a eu l’air d’apprécier le projet. Les producteurs croyaient en mon projet. C’était du bon monde motivé à faire un superbe film. Je n’en ai jamais douté.»

Still Life est produit par Attraction Images et PDM Entertainment, en collaboration avec la Canadian Broadcasting Corporation/Société Radio-Canada et avec la participation du Fonds des médias du Canada. Le téléfilm sera diffusé en primeur par CBC et la SRC a fait l’acquisition de la version française.

Commentaires