/sports/hockey/canadien
Navigation
canadien

Kaberle ne craint pas le rachat de son contrat

Tomas Kaberle
Photo Archives/Agence QMI Tomas Kaberle

Coup d'oeil sur cet article

Contrairement aux amateurs qui l’ont rapidement identifié comme candidat potentiel, Tomas Kaberle ne s’est pas senti visé par la clause qui permettra aux équipes de procéder au rachat de deux contrats d’ici la fin de la saison 2013-2014.

Contrairement aux amateurs qui l’ont rapidement identifié comme candidat potentiel, Tomas Kaberle ne s’est pas senti visé par la clause qui permettra aux équipes de procéder au rachat de deux contrats d’ici la fin de la saison 2013-2014.

«Je dois me concentrer uniquement sur ce que je peux contrôler. N’importe qui peut être racheté. C’est à la discrétion de la direction», a-t-il lancé sur le pas de la porte du vestiaire.

Kaberle n’avait même pas fait le ­ménage de son casier dans le vestiaire des Hurricanes que les partisans du Canadien en voulaient déjà à Pierre Gauthier de l’avoir acquis en retour de Jaroslav ­Spacek.

En fait, ce sont surtout les 4,25 millions de dollars qu’il doit toucher en moyenne par saison jusqu’au 1er juillet 2014 que les ­amateurs avaient en travers de la gorge.

Sa mince contribution de 3 buts et 19 passes en 43 matchs dans l’uniforme ­tricolore n’a rien fait pour apaiser leur ­colère.

Plus mince

Jim Rutherford, qui se félicitait d’en avoir «passé une vite» à son homologue du Canadien, avait reproché à ce membre de l’édition championne de la coupe Stanley son surplus de poids.

Sur ce plan, il faut reconnaître les ­efforts du Tchèque de 34 ans, qui a fondu de plusieurs kilos. Une nouvelle physionomie qu’il était possible de remarquer ­depuis la passerelle de presse du ­Complexe sportif de Brossard.

«Je me suis mis à l’entraînement dès la fin de la saison. J’ai effectivement perdu du poids. Combien de livres? Je ne pense pas que ce soit vraiment important, a lancé le défenseur, qui affichait un poids de 214 livres la saison dernière. Une chose est sûre, je me sens beaucoup mieux que l’an ­dernier.»

10 matchs avec Kladno

Kaberle a passé le premier mois du conflit dans l’uniforme du HC Kladno. En 10 matchs avec Tomas Plekanec et ­Jaromir Jagr comme coéquipiers, Kaberle a amassé deux buts et quatre mentions d’assistance.

«J’ai adoré mon séjour là-bas. Avec ­autant de joueurs de la LNH, plusieurs équipes jouaient devant des salles ­combles. Souhaitons qu’on revienne ­rapidement dans les bonnes grâces des amateurs pour que ce soit la même chose ici.»

À Montréal, il ne devrait pas y avoir de problème. Même que certains soirs, si la ­situation de l’an dernier se reproduit, les joueurs espéreront peut-être que le Centre Bell soit vide.

Commentaires