/sports/hockey/canadien
Navigation
Hockey | Canadien

Cole toujours amer

Il songe à prendre sa retraite à la fin de la saison

Coup d'oeil sur cet article

La saison de 48 matchs qui se mettra en branle samedi prochain pourrait bien être la dernière d’Erik Cole.

L’Américain, qui amorcera sa 11e campagne dans la LNH, ne digère toujours pas le lock-out qui a paralysé les activités du circuit pendant 113 jours.

«Je persiste à dire que ce conflit n’aurait jamais dû avoir lieu. C’est une honte», a-t-il déclaré.

À la fin du mois d’octobre, l’athlète de 34 ans avait lancé un premier coup de semonce en ­annonçant au collègue Jean-François Chaumont qu’une fois la présente saison terminée, il allait étudier les options.

«Je jouerai possiblement une autre saison et ensuite je pourrais choisir de me retirer», avait-il indiqué en parlant de la saison 2013-2014.

Au terme de l’entraînement d’hier, Cole s’est fait encore plus cinglant lorsque relancé par ­l’auteur de ces lignes à savoir s’il avait fait cette déclaration sur le coup de l’émotion ou si elle était vraiment réfléchie.

«J’ai adoré passer du temps à la maison. Mes enfants sont inscrits à l’école jusqu’en juin. Je ­réévaluerai la situation à ce moment. En plus, ma fille sera dans une année de transition scolaire l’an prochain», a-t-il lancé.

En quête de réponses

Cole, qui a paraphé une entente de quatre ans d’une valeur de 18 M$ en juillet 2011, cracherait ainsi sur les deux dernières années de ce contrat. Cela signifie qu’il laisserait 8 M$ sur la table.

Avant d’arrêter sa décision, Cole souhaite ­obtenir des éclaircissements sur la ­convention collective.

«Je veux rencontrer l’AJLNH, essayer de comprendre les retombées de l’escrow (montant en fiducie) et quelques autres points de la convention collective», a mentionné Cole, le type d’homme qui revient rarement sur ses paroles.

Parions que ce dernier consultera tout de même son agent [Steve Bartlett] avant d’aller de l’avant.

D’ailleurs, l’ancien choix de troisième tour des Hurricanes ­invite tous ses coéquipiers de même que les autres membres de l’AJLNH à procéder au même examen de conscience.

«C’est un choix personnel, mais chacun devrait considérer dans quelle mesure cette nouvelle convention collective le touchera individuellement, a proposé celui qui a tout de même pris la peine de souligner le ­travail et les efforts de Donald Fehr. Le résultat de ce conflit indique que ­plusieurs joueurs se retrouveront avec un contrat différent de celui qu’ils avaient originalement signé.»

Les petits caractères

Au moment de rencontrer les journalistes, l’attaquant du Canadien n’avait toujours pas exercé son droit de vote à propos de la nouvelle ­convention collective.

Connaissant le bonhomme qui, soit dit en ­passant, agit à titre d’adjoint à Josh Gorges, ­représentant des joueurs du Canadien, on peut être assuré qu’il ne se contentera pas de prendre connaissance uniquement du résumé.

Il passera au travers des moindres détails et petits caractères de ce pacte qui liera les deux parties pour au moins les huit prochaines années.

Commentaires