/news/health
Navigation
santé | Montréal

Trop de cadres au CHUM

Des médecins dénoncent une « dérive administrative »

Trop de cadres au CHUM
Photo d’archives Le nombre de postes à la haute direction du CHUM a augmenté depuis deux ans, notamment en raison de la transition prochaine vers le nouvel hôpital au centre-ville. Des médecins craignent maintenant qu’on coupe dans les soins aux patients.

Coup d'oeil sur cet article

Des médecins du CHUM dénoncent la multiplication de postes de direction, d’experts-conseils et craignent des coupes dans les services aux patients.

Des médecins du CHUM dénoncent la multiplication de postes de direction, d’experts-conseils et craignent des coupes dans les services aux patients.

Le ministre de la Santé, Réjean ­Hébert, aurait eu des discussions à ce sujet lors d’une rencontre avec des ­dirigeants et des médecins de l’établissement jeudi.

Dans une lettre adressée aux médecins du CHUM et dont le Journal a obtenu ­copie, le comité exécutif du Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens (CMDP) ne mâche pas ses mots.

«Nous avons également interpellé la direction sur la multiplication incompréhensible des postes à la haute direction: direction des affaires internationales, ­direction des affaires juridiques, du ­soutien à la transformation, de la logistique, de la performance médico-administrative, direction de la Grande École et d’un délégué aux arts et bien d’autres», peut-on lire dans la lettre signée par le président du CMDP, Dr Paul Perrotte.

On y écrit que certains de ces postes ont été attribués sans affichage ni consultation et relève de la nomination subjective «avec toute l’apparence de partisanerie et de favoritisme que ceci peut laisser présager.»

Certaines directions ont dû embaucher du personnel, ­parfois jusqu’à une vingtaine.

Le CMDP dénonce également le recours abusif aux ­services d’experts-conseils, certains provenant de ­l’étranger.

La lettre indique qu’on craint que cette situation ne vienne compromettre le respect de la loi 100, qui prévoyait une coupure de 10% des ­dépenses administratives dans les établissements de santé.

Ces compressions font partie du plan de retour à l’équilibre budgétaire du ­gouvernement du Québec.

Plus de directions

Au CHUM, on précise que ce sont trois postes de direction et un poste de délégué aux arts et à la culture qui ont été créés. Les autres postes ont plutôt été attribués à des gens en charge comme cumul de tâches.

La directrice de cabinet et des communications, Irène Marcheterre, précise qu’ils ont été entérinés par le conseil d’administration.

On a notamment créé un poste de ­directeur de la performance médico-administrative pour lequel on a embauché Claude Paradis en juillet 2011.

Un poste de direction à la planification stratégique a également été créé et confié à Pauline Maisani. La firme d’experts-conseils SÉCOR a d’ailleurs été retenue pour travailler au nouveau plan stratégique 2011-2015. L’ancien directeur ­adjoint aux ­ressources humaines, ­­ Jean-François Fortin Verreault, s’est quant à lui vu confier le nouveau rôle de ­directeur du comité de soutien à la transformation.

«Vous comprenez bien que ça prend quelques personnes pour s’occuper de la transition de tous les travailleurs dans le nouveau CHUM d’ici 2016», ­indique Mme Marcheterre. En plus de ces postes, un ­directeur général associé, Yvan Gendon a été embauché.

Un délégué aux arts

Quant au délégué aux arts et à culture, son embauche a été chapeautée par le ­directeur général de l’établissement, Christian Paire lui-même.

Son mandat consiste notamment à ­organiser des spectacles de musiciens et coordonner ses activités avec d’autres groupes qui favorisent l’art pour la ­guérison.

Le CMDP craint que toute cette ­activité administrative ne nuise aux soins. «Nous craignons que la gestion et la ­gouvernance ne soient remises en ­question, que des coupures de services et des ­impacts sur les soins aux patients ne soient les conséquences inévitables de ce laisser-aller.»

► Lors de la rencontre, jeudi, le ministre a indiqué au conseil d’administration l’importance d’une saine gestion. Il a ­également fait un rappel de l’importance de respecter la loi 100.

 

Christian Paire
Directeur général
Commentaires