/sports/football
Navigation

Le candidat idéal

Le candidat idéal
Photo d’archives Marc Trestman serait le candidat idéal pour devenir le prochain entraîneur-chef des Bears de Chicago.

Coup d'oeil sur cet article

Marc Trestman sera-t-il l’heureux élu des Bears de Chicago? Difficile à dire. En tous les cas, au moment d’écrire ces lignes, il était toujours à l’emploi des Alouettes.

Marc Trestman sera-t-il l’heureux élu des Bears de Chicago? Difficile à dire. En tous les cas, au moment d’écrire ces lignes, il était toujours à l’emploi des Alouettes.

S’il est difficile de prédire s’il sera choisi, c’est que je ne connais pas nécessairement la feuille de route des 13 candidats qui se présenteront devant Phil Emery. Cependant, si vous me demandez si je crois Trestman capable de faire le boulot à la tête des Bears, je vous répondrai par l’affirmative, sans la moindre hésitation.

Les Bears ont affirmé être à la recherche d’un entraîneur spécialiste de l’attaque. Depuis plusieurs années, Chicago éprouve beaucoup d’ennuis de ce côté. Particulièrement au niveau aérien. En 2012, les Bears ont terminé 29e à ce chapitre.

Or, l’attaque aérienne est justement la spécialité de Trestman. Les Bears souhaitent également mettre la main sur un entraîneur capable de tirer le meilleur de Jay Cutler. Encore une fois un dossier sur mesure pour Trestman.

On parle souvent de lui comme étant un véritable gourou pour les quarts. Ce n’est pas un hasard si plusieurs jeunes quarts, à la demande de leur agent, utilisent ses services pour peaufiner leur jeu dans les mois précédant le repêchage. Et souvent, ces jeunes espoirs sont réclamés au premier tour. D’ailleurs, Trestman l’avait fait pour Cutler avant la séance de sélection de 2006.

AUTRES PREUVES

Autre réalité non négligeable. Partout où Trestman est passé, que ce soit comme entraîneur adjoint ou entraîneur des quarts, les quarts de ces formations ont connu leur meilleure saison. Du moins, au niveau des statistiques.

Que ce soit Steve Young, avec les 49ers, Rich Gannon, chez les Raiders, Scott Mitchell, avec Lions, Jake Plummer, avec les Cards, ou même, Bernie Kosar, avec les Browns.

Le manque de protection est un autre problème qui afflige les Bears. Ils ont alloué 44 sacs en 2012 (25e rang). Encore une fois, Trestman saurait apporter des solutions. Il l’a fait à son arrivée avec les Alouettes. La saison précédant son arrivée, les Alouettes avaient accordé 65 sacs, un sommet de médiocrité dans le circuit. À la première saison de Trestman, avec les mêmes joueurs, les Alouettes n’en avaient alloué que 22 (1er rang).

UN COUP FUMANT

Les preuves sont probantes. Reste maintenant à savoir si Emery aura le courage de sortir des sentiers battus et de prendre une décision osée en confiant les rênes de son équipe, une organisation prestigieuse, à un homme qui sort de la LCF. Imaginez la réaction des amateurs de cette équipe. Il se demanderait sans doute d’où sort ce Trestman.

On ne pourra leur en vouloir. Après tout, n’est-ce pas la réaction que nous avons eue, en 2008, lorsque Jim Popp en a fait son propre successeur? Comment un Américain qui n’avait jamais travaillé dans la LCF et qui, souvenons-nous, ne répondait pas aux critères de recherche établis par l’organisation allait-il réussir à obtenir du succès? Nous étions plumeurs à nous gratter la tête. Cependant, on n’a pas mis de temps à comprendre que les Alouettes avaient réalisé un coup fumant. Emery pourrait à son tour passer pour un génie.

L’attaque aérienne est justement la spécialité de Trestman
Commentaires