/lifestyle/family
Navigation
le courrier des parents

Je me demande si mon fils est victime d’intimidation

Devant une telle situation, il faut absolument que vous réagissiez

Je me demande si mon fils est victime d’intimidation
photo courtoisie L’intimidation est un problème qu’on ne peut prendre à la légère et le personnel de l’école doit être informé des difficultés vécues par les enfants.

Coup d'oeil sur cet article

Bonjour Suzanne. Je t’écris parce que je suis très inquiète pour un de mes enfants. Mon fils de 10 ans a beaucoup changé ces derniers temps. Il est plus irritable et montre parfois des signes d’agressivité. La semaine dernière, il ne voulait pas aller à l’école, ce qui n’est vraiment pas dans ses habitudes.

Bonjour Suzanne. Je t’écris parce que je suis très inquiète pour un de mes enfants. Mon fils de 10 ans a beaucoup changé ces derniers temps. Il est plus irritable et montre parfois des signes d’agressivité. La semaine dernière, il ne voulait pas aller à l’école, ce qui n’est vraiment pas dans ses habitudes. Sa sœur, qui fréquente la même école, m’a dit que certains élèves le traitent de noms et le bousculent parfois à la récréation ou dans l’autobus, et hier il est revenu de l’école avec une légère blessure, sans vouloir me dire ce qui s’est passé. Je ne sais pas trop comment réagir.

Bonjour. Vous faites bien de m’écrire. Votre inquiétude et votre désarroi sont pleinement justifiés et tout semble indiquer que votre garçon est victime d’intimidation. Lorsqu’un enfant se fait harceler à répétition à l’école par ses pairs, qu’il est rejeté et maltraité physiquement, on peut parler d’intimidation.

Les changements de comportements que vous me décrivez chez lui sont des signes qu’on remarque fréquemment chez les jeunes qui vivent un malaise à l’école. Le fait qu’il ne soit plus motivé par l’école au point de refuser même d’y aller est aussi une réaction typique chez les enfants victimes d’intimidation.

Comment réagir ?

Devant une telle situation, il faut absolument que vous réagissiez et surtout, il faut éviter de banaliser ou croire à tort que les choses vont s’arranger d’elles-mêmes. L’intimidation est un problème très grave que les parents (et le personnel de l’école) ne doivent surtout pas banaliser.

D’abord, essayez d’ouvrir la discussion avec votre enfant afin de connaître ce qui le bouleverse à l’école. Rassurez-le sur ses craintes de représailles. Ce contexte rassurant lui permettra de tout avouer (ce qui aura en même temps un effet très libérateur pour lui).

Vous devriez par la suite contacter la direction de l’école et l’enseignant pour discuter de la situation dont est victime votre garçon. Bien des établissements scolaires prennent très au sérieux tout geste d’intimidation et réagissent rapidement afin de cibler les intimidants et prendre les mesures appropriées et de corriger la situation. Informez-vous du plan d’intervention que la direction prévoit mettre en place. Un simple avertissement auprès des intimidants n’est certainement pas suffisant. N’hésitez pas non plus à relancer la direction d’école pour vérifier quels sont les moyens mis en place pour aider votre enfant.

Si vous sentez que ce problème est suffisamment important ou qu’il en est très affecté, vous pourriez demander de l’aide auprès d’organismes tels que «Jeunesse, J’écoute» ou consulter l’aide d’un professionnel afin de rebâtir sa confiance en soi et lui donner des moyens de s’affirmer.

Jeunesse, J’écoute: 1-800-668-6868, site: jeunessejecoute.ca


Suzanne Vallières est psychologue et chroniqueuse télé, conférencière et auteur des livres les Psy-Trucs pour les enfants de 0 à 3 ans, de 3 à 6 ans et de 6 à 9 ans. Pour la joindre, écrivez-lui à l'adresse suivante : courrierdesparents@quebecormedia.com

Commentaires