/news/currentevents
Navigation

Union Montréal soulagé

Coup d'oeil sur cet article

Alors que le premier témoignage de Martin Dumont avait fait mal au parti de l’ex-maire Tremblay, certains membres respirent mieux maintenant que des précisions y ont été apportées.

«Ça a brassé chez nous, la commission Charbonneau. C’est sûr qu’on est contents que les faits soient rétablis», lance Louise Fournier, ­directrice générale par intérim du parti Union Montréal.

«Ça a eu un mauvais impact pour nous. Qu’il (Dumont) soit contre-interrogé (hier) ­permet de voir plus clair dans ce qui a été dit et ça soulève des doutes, dit-elle. Tout n’est pas tout blanc, ni tout noir.»

Gérald Tremblay avait démissionné quelques jours après le témoignage de Dumont. C’en était suivi une vague de démissions au parti.

Prudence

Toutefois, on se garde bien de crier trop vite victoire.

«Il ne faut pas être trop triomphant. Ce n’est que de la matière brute. La justice suit son cours», explique Mme Fournier.

«C’est le portrait global de la situation qu’il faut pour juger de la situation. On est loin de l’avoir», ajoute ­Bernard Blanchette, président du caucus d’Union Montréal et conseiller ­d’arrondissement.

«On s’est arrêtés le 30 octobre (1er témoignage de Dumont). Tout le monde disait que c’était le coup de Jarnac. Mais on se rend compte aujourd’hui...», laisse-t-il tomber, insistant sur le fait qu’il faut laisser la Commission faire son travail jusqu’au bout.

Commentaires