/news
Navigation
Sorel-Tracy

Centrale thermique: contrat de 19 millions $ accordé par Hydro-Québec

Hydro-Québec
Photo archives / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

SOREL-TRACY – Le démantèlement de la centrale thermique de Sorel-Tracy, qui a débuté il y a deux semaines et qui prendra une année à se compléter, a coûté 19 millions $ à Hydro-Québec.

Le contrat conclu avec Hydro-Québec pour démanteler la centrale de Sorel est évalué à 12 millions de livres sterling, soit à environ 19 millions $, peut-on lire dans un communiqué de Silverdell publié sur son site internet la semaine dernière.

La compagnie britannique, qui a fait l’acquisition de l’entreprise EDS Decommissioning à qui la société d’État a octroyé le contrat, a souligné qu’elle commercialisera ainsi 37 000 tonnes de métaux, d’équipements et d’installations réutilisables.

Silverdell, qui est une entreprise spécialisée dans les domaines de l’environnement, de l’industrie et de l’amiante, revendra ces matériaux à des fins industrielles, mentionne le communiqué.

On peut également y lire que selon les termes du contrat, l’entreprise veillera, entres autres, à la mise hors service de la centrale, y compris le désamiantage, le démantèlement et la vente des actifs réutilisables.

La fermeture de cette centrale, qui fonctionnait au mazout et qui avait une capacité de production de 660 mégawatts, a été annoncée en 2010.

Opérationnelle depuis la fin des années 1960, elle employait 82 personnes qui ont toutes été relocalisées après l’annonce de sa fermeture. Cette décision faisait suite à la décision d’Hydro-Québec de ne pas la rénover.

La direction jugeait que les coûts étaient trop élevés d’autant plus qu’elle n’opérait qu’en période de pointe depuis 2008 et qu’en 2010, elle n’avait fonctionné que sept heures.

«Elle ne répondait plus aux normes et il n’était pas rentable pour Hydro-Québec de la remettre à neuf. Nous aurions perdu environ 25 millions $ par année pour la maintenir si nous l’avions rénovée. Nos autres installations, dont les nouveaux barrages Eastmain A et La Romaine, nous aideront à répondre à la demande sans que nous ayons recours à la centrale», expliquait dans nos pages récemment, le porte-parole d’Hydro-Québec, Jonathan Petit.

Située sur un terrain de 11 140 mètres carrés, la centrale disparaîtra totalement du paysage sorelois d’ici la fin de l’année 2013. Hydro-Québec ne savait toutefois pas encore ce qu’elle allait faire du terrain qui lui appartiendra toujours après le démantèlement.

 

Commentaires