/news/currentevents
Navigation
Aréna éric-sharp

Le comité dit « oui » à sa démolition

Le comité dit « oui » à sa démolition
Photo d’archives Les arches et les poutres de l’édifice sont considérées par plusieurs comme un emblème patrimonial de la municipalité.

Coup d'oeil sur cet article

Le comité de démolition de la Ville de Saint-Lambert a décidé à l’unanimité d’aller de l’avant avec la démolition de l’aréna Éric-Sharp.

Pour plusieurs opposants, le seul point positif de la décision est la conservation des arches et des poutres de l’édifice, considérées par plusieurs comme un emblème patrimonial de la municipalité. Cependant, les morceaux devront être entreposés avant d’être réutilisés pour une nouvelle construction qui ne sera pas le nouvel aréna.

Lors de la rencontre publique de mardi soir, après quelques minutes de délibération des trois conseillers, le conseiller François Boissy, qui a lu la motion pour autoriser la démolition, a indiqué que le comité voyait difficilement comment des rénovations à l’aréna pourraient se faire en respectant les budgets.

Des citoyens en colère

Cette décision a soulevé l’ire de nombreux citoyens, d’autant plus qu’une étude patrimoniale commandée par la Ville — qui n’a pas été rendue publique — recommandait de préserver le toit.

Au total, la Ville a indiqué qu’elle avait reçu 85 lettres dans ce dossier, dont la plupart s’opposaient à la démolition.

Parmi les autres groupes qui ont formulé des commentaires écrits, citons Action Patrimoine, Héritage Montréal et Cecobois, un organisme spécialisé dans la construction commerciale en bois. Selon Cecobois, «l’usage du bois dans les structures de bâtiments commerciaux et institutionnels est tout à fait d’actualité et de plus en plus privilégié». Dans ce contexte, il est illogique d’aller de l’avant avec la démolition.

Plus d’une dizaine de personnes, la plupart contre le projet, se sont exprimées durant la rencontre pour formuler des commentaires. Selon plusieurs personnes, la démolition de l’aréna est «incohérente» au vu des grandes orientations de la ville. D’autres ont indiqué qu’il aurait fallu attendre l’octroi de la subvention gouvernementale avant d’aller de l’avant avec la démolition.

Commentaires