/news
Navigation
Refuges

Des transsexuelles et transgenres rejetées

Transsexuelles refuges
Photo Ewan Sauves / Agence QMI Pour la chef des services aux femmes du pavillon Patricia Mackenzie de la mission Old Brewery, il est hors de question de refuser une personne parce qu’elle n’aurait pas subi une opération de changement de sexe.

Coup d'oeil sur cet article

Des femmes transsexuelles et transgenres se sont vu refuser l’accès à des refuges de Montréal lors des derniers jours de grand froid.

«C’est quelque chose qui est fréquent, explique Nora Butler Burke, porte-parole de l’Action Santé Travesti(e)s et Transsexuel(le)s du Québec (ASTT(e)Q). Par contre, il devient primordial d’en parler alors que des femmes doivent dormir dehors par des températures aussi froides.»

Certains refuges refuseraient l’accès à des femmes transsexuelles ou transgenres parce qu’elles n’auraient pas subi d’opération de changement de sexe ou qu’elles ne détiendraient pas les papiers légaux nécessaires. Afin d’obtenir les papiers indiquant son nouveau sexe, une personne transsexuelle ou transgenre doit faire une demande auprès du Directeur de l’état civil. «Il s’agit d’un processus difficile pour de nombreuses femmes sans abri puisque c’est long et qu’elles ne peuvent pas défrayer les coûts», a rapporté la porte-parole.

Pour la chef des services aux femmes du pavillon Patricia Mackenzie de la mission Old Brewery, Florence Portes, il est hors de question de refuser une personne parce qu’elle n’aurait pas subi une opération de changement de sexe. «Une opération coûte plutôt cher et certains médecins demandent que le patient ait un logement fixe pour la convalescence. C’est une raison pour laquelle on ne demanderait jamais l’opération à une personne pour l’admettre», a-t-elle dit.

Au pavillon Patricia Mackenzie, les employés ne demandent pas de papiers légaux qui prouvent le sexe d’une personne lors de son admission. «Nous avons une vision humaniste. Nous pouvons accueillir tous ceux qui font partie de la grande famille des femmes», a déclaré Mme Portes.

Nora Butler Burke demande la «mise en place d’une politique d’accès pour les femmes transsexuelles et transgenres, afin de s’assurer qu’elles soient acceptées selon leur identité sociale et non pas leur statut légal».

Elle ajoute que le genre de refus vécu dans les refuges se produit également tous les jours lorsqu’il est question, par exemple, de services sociaux ou de services médicaux.

 

Commentaires