/news/currentevents
Navigation
Mâchoire fracturée

Un adolescent passé à tabac à l'école

Coup d'oeil sur cet article

REPENTIGNY - Un adolescent de 15 ans a été roué de coups de poing à l'École secondaire L'Horizon de Repentigny dans Lanaudière, mercredi, après avoir colporté les propos d’une autre personne sur Facebook.

«Une fille aurait volé le chum d'un autre. Mon fils aurait répété des injures écrites par les autres et le frère aîné de cette fille-là s'en est pris à mon fils [...] dans un corridor de la polyvalente durant la pause du matin», a expliqué le père du jeune garçon dans le cadre de l’émission «Le Négociateur», vendredi matin.

«Ça c'est passé en 12 secondes. Ça a été filmé brièvement et remis à la direction. L'agresseur s'est assis sur Colin et l'a roué de coups de poing au visage», a ajouté le père.

La direction a cherché à joindre le père durant trois heures afin qu'il conduise son enfant d'urgence chez le dentiste. «J'étais dans le nord en motoneige. On m'a dit: «Votre fils a été impliqué dans une bagarre et il en est une victime. Il saigne abondamment, il a deux dents de lousse et une dent croche».»

L'adolescent a dû être hospitalisé à la suite de son passage à tabac. Selon son père, sa mâchoire fracturée a nécessité une plaque de métal, et il doit pour le moment se nourrir de liquide.

Le père de Colin déplore que la direction de l'école n'ait pas contacté la police pour rapporter l'agression contre son fils. «J'ai l'impression que l'on veut camoufler l'événement. Ils ont pris ça comme un événement mineur, car il n'a pas eu de commotion et qu'il était conscient. J'aurais aimé qu'il y ait un rapport de police pour donner l'exemple aux jeunes que si l'on se bat, il y a des conséquences», a-t-il déclaré.

Le père était d'ailleurs dans les bureaux de la police en train de déposer une plainte contre l'agresseur de son fils lorsqu’il a contacté Claude Poirier.

Réaction de l’école

Selon Commission scolaire des Affluents (CSA), le garçon battu a été pris immédiatement en charge par la direction de l’école et a été accompagné jusqu’à ce qu’un parent ou un proche revienne le chercher.

«La procédure normale dans ce genre d’incidents, c’est que c’est soit l’école qui porte plainte ou le parent. L’école ne connaissait pas la gravité de la blessure de l’élève et lorsqu’on lui a demandé, sur une échelle d’un à dix, à quel point c’était souffrant, il a répondu cinq», a affirmé Éric Ladouceur, responsable des communications à la CSA. Dans ce cas, l’école aurait préféré attendre le parent. «Une fois sur place, on lui a suggéré de se rendre chez un dentiste d’urgence», mentionne Éric Ladouceur. C’est le parent qui a finalement porté plainte. «L’école et la CSA n’ont jamais voulu cacher quoi que ce soit, dans cette affaire. La preuve, c’est que la vidéo a été montrée au parent et a été acheminée au Service de police», a soutenu M. Ladouceur

Avec Axel Marchand-Lamothe

 

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.