/news/politics
Navigation
crime organisé | montréal

Chasse aux magouilles

L’EPIM fait appel aux employés de la Ville de Montréal

Les plaintes s'accumulent déjà
photo d’archives Le maire de Montréal, Michael Appelbaum, lors de l'annonce de la mise sur pied de l'Escouade de protection de l'intégrité municipale.

Coup d'oeil sur cet article

Les dénonciations s’accumulent déjà à la toute nouvelle Escouade de protection de l’intégrité municipale (EPIM), chargée de réprimer les ­magouilles dans l’octroi et ­l’exécution de contrats publics à la Ville de Montréal.

«On commence à recevoir de ­l’information», a mentionné le ­directeur du SPVM, Marc Parent, hier.

Il a fait savoir que, dès aujourd’hui, une ligne téléphonique (514-280-EPIM) devrait être mise à la disposition des quelque 21 000 employés de la Ville, afin de recueillir les plaintes et renseignements en ­matière de collusion, de fraude ou d’abus de confiance qu’ils voudront signaler aux ­policiers.

«Notre escouade doit intégrer ses nouveaux locaux et devrait être ­opérationnelle dès lundi prochain, bien que ses effectifs ne soient pas ­encore complets», a-t-il ajouté.

Dotée d’un budget annuel de 3 M$, l’EPIM comptera une vingtaine ­d’enquêteurs et de civils. Elle est dirigée par l’inspecteur Mario Fournier, un spécialiste du renseignement ­criminel et du crime organisé.

Complément de l’UPAC

Le maire Michael Applebaum et le directeur Marc Parent ont annoncé sa ­création le 11 janvier dernier. Le ­ministre de la Sécurité publique, ­Stéphane Bergeron, a alors accueilli la nouvelle avec réserve, en disant que le gouvernement n’a pas été consulté, ni informé de cette initiative de la Ville.

M. Parent a expliqué que l’EPIM servira de «bras policier» pour les ­organismes de contrôle déjà en place pour surveiller l’administration ­municipale.

Il a tenu à préciser que le rôle de cette brigade «autonome et indé­pendante» s’inscrit «en complémentarité» au travail accompli par l’Unité permanente anticorruption (UPAC), dont fait notamment partie l’escouade Marteau de la Sûreté du Québec, de la commission Charbonneau et de ­l’Autorité des marchés financiers.

Sur le même sujet
Commentaires