/news
Navigation
Towplow

Une déneigeuse nouveau genre

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir fait fureur dans le Missouri et ailleurs aux États-Unis, le towplow, une déneigeuse révolutionnaire et plus efficace a été aperçue en train de donner ses premiers coups de «gratte» le 19 janvier dernier, sur l’autoroute 30.

Il s’agit de la première utilisation en sol québécois et, plus particulièrement à Saint-Constant, de cette déneigeuse popularisée chez nos voisins du Sud.

Deux de ces déneigeuses à la fine pointe de la technologie ont été récemment achetées par les sous-traitants qui gèrent l’autoroute 30. Celles-ci se démarquent par leur longue remorque reliée au camion pouvant déblayer deux voies de circulation d’un seul coup.

Alors que son utilisation ne fait que commencer, Sylvie Marier, porte-parole de l’entreprise NA30 express qui gère l’autoroute, se dit impressionnée par le towplow.

«On remarque déjà que son travail est beaucoup plus efficace. D’abord, puisqu’une seule charrue peut déblayer toutes les voies d’un seul coup, mais aussi parce qu’elle effectue le travail plus rapidement en atteignant des vitesses plus appréciables. Ça limite donc la possibilité de bouchons de circulation sur la 30 quand il y a des précipitations de neige», explique-t-elle.

En optant pour le towplow, la direction de l’autoroute 30 veut aussi diminuer les coûts reliés aux opérations de déneigement.

«Cette déneigeuse est utile puisqu’un seul opérateur peut maintenant faire le boulot qui était fait par deux hommes dirigeants chacun un véhicule. On sauve beaucoup sur les ressources humaines, mais aussi sur l’essence. Ce sont de nombreux avantages qui ont fait qu’en ligne de compte nous avons opté pour cette solution plus moderne et adaptée aux hivers québécois», décrit Mme Marier.

Le towplow a été aperçu à quelques occasions sur la nouvelle autoroute 30 seulement. Fait à noter, des déneigeuses traditionnelles effectuent encore une bonne partie du déneigement. Cela dit, si les bienfaits du towplow sont autant remarquables, parions que d’autres grandes artères provinciales pourraient opter pour cette solution.

 

Commentaires