/lifestyle/health
Navigation
Santé

Abaissez votre cholestérol

Abaissez votre cholestérol
Photo Fotolia Votre régime alimentaire peut contribuer à une meilleure santé cardiovasculaire. Privilégier les acides «monoinsaturés» et «polyinsaturés» dans votre assiette aide à réduire le taux de mauvais cholestérol.

Coup d'oeil sur cet article

Docteur, je veux éliminer mon cholestérol! Mauvais plan, le cholestérol est une substance grasse essentielle aux fonctions de notre organisme toutefois; lorsqu’il y en a trop, il est effectivement nécessaire d’agir.

Docteur, je veux éliminer mon cholestérol! Mauvais plan, le cholestérol est une substance grasse essentielle aux fonctions de notre organisme toutefois; lorsqu’il y en a trop, il est effectivement nécessaire d’agir.

Le cholestérol est produit par le foie et entre dans la composition des membranes cellulaires, de la bile et de différentes hormones. Les deux tiers environ du cholestérol présent dans notre corps sont produits par notre foie et le reste provient des aliments que nous consommons. Le taux de cholestérol présent dans notre sang est étroitement relié à l’hérédité. Cependant, de mauvaises habitudes peuvent le faire grimper de façon importante. Ce n’est pas une maladie. Toutefois, associée à d’autres facteurs, l’hypercholestérolémie augmente le risque de problèmes cardiovasculaires.

Pourquoi parle-t-on de deux cholestérols distincts ?

Il y a le «bon» et le «mauvais» selon la manière dont il se déplace dans nos artères. Une partie se lie à des lipoprotéines de faible densité et devient le cholestérol LDL, le mauvais, qui a la particularité, lorsqu’il y en a trop, de s’agripper aux parois des artères et est à l’origine de l’athérosclérose qui mène souvent à l’infarctus. Le bon cholestérol quant à lui est associé à des lipoprotéines de haute densité et s’appelle HDL. Il détache des parois artérielles le mauvais cholestérol qui se déplace alors jusqu’au foie puis est éliminé.

Comment connaître mon taux de mauvais cholestérol ?

Seul un bilan lipidique, réalisé à partir d’une prise de sang, peut permettre de déterminer si le taux de mauvais cholestérol est trop élevé. Ce type de bilan devrait être réalisé tous les 5 ans pour les hommes de 40 ans et plus et, à compter de 50 ans pour les femmes qui ne sont pas encore ménopausées. Ne vous méprenez pas, le taux de cholestérol n’a rien à voir avec le tour de taille, car on peut être maigre avec un taux de cholestérol élevé, ou obèse avec un taux normal. Bien sûr, les personnes qui ont un poids important ont en moyenne un taux de cholestérol plus élevé que les personnes ayant un poids normal principalement parce qu’elles ont aussi généralement une alimentation plus riche en mauvaises graisses.

Est-ce commun d’avoir un taux de cholestérol élevé ?

Au Canada, près de la moitié des hommes et plus de 40 % des femmes ont un taux de cholestérol trop élevé. En général, un taux de cholestérol total souhaitable devrait être inférieur à 5,2 et être constitué de bon cholestérol (égal ou supérieur à 1,0) et de mauvais cholestérol (inférieur à 3,4).

Des centaines de milliers parmi ceux-ci souffriront de troubles cardiovasculaires ou d’accidents vasculaires cérébraux (AVC) résultant de leur taux de cholestérol élevé. Le risque sera encore plus élevé pour ceux qui sont inactifs ou fumeurs...

Changer ses habitudes fait-il une différence ?

Absolument! Ça vaut la peine de commencer à le faire, peu importe son âge. L’abaissement du taux de cholestérol est toujours bénéfique. N’attendez pas que vos artères s’obstruent. Rappelez-vous qu’il n’y a pas de symptômes à l’hypercholestérolémie et tant qu’il n’y a pas d’obstruction importante dans les artères, aucune manifestation n’en résultera. Lorsque des douleurs apparaissent à la poitrine (angine) ou aux membres inférieurs, cela signifie que les artères ont déjà perdu plus de 75 % de leur capacité à transporter adéquatement le sang.

N’éliminez pas toutes les graisses de votre alimentation. Vous en avez besoin, car elles sont utiles. Les vitamines A, D, E et K sont «liposolubles» et sont reliées à notre consommation de graisses. Si vous faites un régime, n’en faites pas un sans graisses ou sans glucides. Privilégiez une alimentation équilibrée, riche en fibres et faible en gras, et mangez un peu moins. Réduisez votre consommation d’aliments sucrés et d’alcool. Bougez aussi!

Quelles sont les bonnes graisses ?

Les «acides gras saturés» par exemple les graisses animales, les produits laitiers, l’huile de palme ou celle coco, augmentent le taux de mauvais cholestérol, car ils sont transformés en cholestérol par notre foie. Les acides gras insaturés «trans» ont également le même effet. Ils sont généralement produits par l’industrie alimentaire par hydrogénation d’huiles végétales pour les fritures, viennoiseries, biscuits, pâtes à tarte, etc.

Les bons acides gras sont les «mono-insaturés» et les «polyinsaturés». On retrouve les premiers dans l’huile d’olive, celles de soja et de tournesol, et dans les noix, amandes, noisettes, noix de cajou... Les seconds, qui incluent les acides gras essentiels Oméga 3 et Oméga 6, ont la propriété de faire baisser le taux de mauvais cholestérol. On retrouve les Oméga 3 notamment dans les huiles de colza, de canola, de noix, de noisettes et dans les poissons gras comme le saumon, le hareng ou le maquereau. Les Oméga 6 sont présents dans la plupart des huiles végétales.

Commentaires