/entertainment/movies
Navigation
Cinéma

La vie de Nelly Arcan portée au grand écran

Coup d'oeil sur cet article

La cinéaste Anne Émond prépare un film sur l’écrivaine Nelly Arcan, l’auteure des romans Putain et Folle qui a marqué les esprits avec son style unique et provocant avant de s’enlever la vie en 2009, à l’âge de 36 ans.

La cinéaste Anne Émond prépare un film sur l’écrivaine Nelly Arcan, l’auteure des romans Putain et Folle qui a marqué les esprits avec son style unique et provocant avant de s’enlever la vie en 2009, à l’âge de 36 ans.

La productrice Nicole Robert, de la boîte de production Go Films (Horloge biologique, 1981, L’affaire Dumont), a obtenu l’accord de la succession et de la famille de Nelly Arcan pour ce projet de long-métrage qui sera scénarisé et réalisé par Anne Émond (Nuit #1).

Mme Robert a également acquis les droits du roman Putain (le plus autobiographique des livres d’Arcan), ainsi que l’approbation de la maison d’édition Le Seuil.

«On aurait pu entreprendre de faire un film sans l’accord de la succession et de la maison d’édition, mais je tenais à avoir leur approbation pour que le film se réalise dans un climat de travail harmonieux», explique Nicole Robert.

Destin tragique

Anne Émond a déjà entamé le travail de recherche. Elle aimerait réaliser des entrevues avec les proches et la famille de Nelly Arcan (Isabelle Fortier de son vrai nom).

«C’est un personnage qui a fasciné tout le monde», rappelle la jeune cinéaste, qui dit avoir toujours été une fan de son œuvre. «Nelly Arcan a été une étoile filante. Elle a eu une vie et un destin à l’image de son œuvre, c’est-à-dire assez violents et radicaux.»

«Je n’ai pas l’intention d’aller dans les détails glauques et sombres de sa vie, ni d’essayer de découvrir les événements factuels de son passé. Pour moi, ce n’est pas cela qui est intéressant. J’ai envie d’ouvrir, de décoller de sa vie. Je veux qu’il y ait une grande part de création dans le film. Et j’aimerais que le film parvienne à rendre hommage à ses textes.»

La cinéaste voit également dans ce projet la possibilité d’explorer des thèmes déjà abordés dans son premier long-métrage, Nuit #1, comme la détresse et le mal de vivre.

«J’ai toujours été fascinée par les paradoxes de Nelly Arcan», admet-elle.

«C’était une femme de lettres, mais, en même temps, elle illustrait exactement tout ce qu’elle dénonçait sur le plan de l’hypersexualisation et de l’obsession du corps. Ces thèmes-là m’intéressent beaucoup.»

Pression énorme

Anne Émond n’a jamais eu la chance de rencontrer Nelly Arcan. Pourtant, quand l’écrivaine s’est suicidée, en septembre 2009, la réalisatrice dit avoir été «étrangement bouleversée».

«J’ai eu l’impression de perdre une sœur ou une amie parce qu’elle se dévoile tellement dans son œuvre. Elle ressemble, d’une certaine façon, à tellement d’autres femmes qu’on peut facilement s’associer à elle.»

La cinéaste est consciente que si ce film voit le jour, il suscitera énormément de réactions :«Je m’aperçois qu’un tel projet vient avec une pression énorme parce que tout le monde a une opinion sur elle.»

Commentaires